BISMILLAH

Cher Invité, bienvenue à BISMILLAH , le monothéisme pur de l'authentique message de
Christ-Jésus, fils de Marie".
BISMILLAH

Le monothéisme pur est le message authentique de Christ-Jésus


    Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Lun 29 Sep 2008 - 3:12

    Rappel du premier message :

    Dire la vérité est un devoir sacré

    Nombreux sont les chrétiens et les musulmans qui ont besoin de mieux se connaitre. Certes, il existe des liens de fraternité entre les deux communautés, malheureusement ces liens sont oblitérés par des préjugés dus aux falsifications et aux fausses interprétations des Écritures.

    En s’appuyant sur des vérités révélés et des faits réels scientifiquement prouvés, cet ouvrage tend à éclairer quelques zones d’ombre du christianisme afin d’aider les chrétiens à comprendre pourquoi les musulmans sont musulmans et fiers de l’être. De même qu’il explique aux musulmans de manière indirecte comment les chrétiens ont été induits en erreur et amenés à rejeter l’Islam.

    Les principaux sujets traités sont l’authenticité des Écritures saintes, ce qui est divin et ce qui est humain dans la Bible, les aspects importants de la vie de Jésus, ce qu’il est réellement et ce qu’il n’est pas, le paradoxe de Paul et ses contradictions troublantes, Muhammad et les prédictions à son endroit dans l’évangile et dans l’Ancien Testament, le salut en Islam, le rôle correcteur du Coran.

    A suivre...


    Dernière édition par Admin le Jeu 4 Aoû 2011 - 4:08, édité 19 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:33

    * Il parlera en Mon Nom

    Cette expression n’a pas besoin de commentaire. Elle signifie que le prophète ne parlera pas en son nom propre mais au nom de Dieu. Son rôle se limite donc à transmettre, à prononcer, à dire la Parole de Dieu qui sera mise dans sa bouche.

    Cette prophétie ne saurait non plus s’appliquer à Jésus eu égard aux croyances chrétiennes. Jésus est d’un rang tel qu’il n’a nul besoin de recevoir la révélation.

    En revanche, cette parole s’applique au prophète Muhammad qui a transmis le Coran tel qu’il lui a été dicté par l’Ange Gabriel. Mohammed a parlé au nom de Dieu tout au long de la révélation du Coran.

    La preuve de cette vérité est établie par le Coran lui-même, exemple : Chaque Sourate du Coran commence par la formule : « Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux », C’est la preuve formelle que Muhammad a parlé au nom de Dieu, exactement comme l’avait annoncé la prophétie.

    Une autre preuve réside dans l’impératif « Dis ». Ce mot est répété 333 fois dans le Coran.

    La prophétie affirme : « et il leur dira tout ce que je lui commanderai. »

    Il ne fait pas de doute que Muhammad a dit tout ce que Dieu lui a commandé de dire ; c’est en lui donc que s’accomplit la prophétie.

    Le Coran enseigne : « Ceux qui suivent le Messager, le prophète illettré qu’ils trouvent mentionné chez eux dans la Torah et l’Evangile. Il leur ordonne ce qui est convenable ; il leur interdit ce qui est blâmable ; il déclare licite, pour eux, les excellentes nourritures ; il déclare illicite, pour eux, ce qui est mauvais et leur ôte les jougs et les carcans qui les accablaient. » s7, v157

    La prophétie du Deutéronome 18.18 fait suite aux prières d’Abraham et d’Ismaël rapportées dans ce verset du Coran :

    « Et pendant qu’Abraham et Ismaël élevaient les assises de la Ka’ba, ils disaient : "Seigneur ! Daigne accepter de nous cette oeuvre ! Tu es Celui qui entend tout et dont la science est infinie ! Seigneur ! Fais de nous des croyants entièrement soumis à Toi, et de notre postérité, une communauté soumise à Toi ! Fais-nous connaître les rites que nous devons observer et accepte notre repentir, car c’est Toi qui accepte le repentir, le Miséricordieux. Seigneur ! Envoie-leur un prophète issu d’eux-mêmes, qui leur récitera Tes versets, leur enseignera le Livre et la sagesse et les purifiera de leurs fausses croyances ! Tu es, en vérité, le Puissant, le Sage !" » s2 v127

    L’envoi de Mohammed comme Messager n’est que l’exaucement de cette émouvante prière d’Abraham et Ismaël (Paix et Salut sur eux).

    * En Israël, pas de prophète semblable à Moïse

    La Bible enseigne qu’il ne peut y avoir de prophète semblable à Moïse en Israël, ce qui exclut toute possibilité de comparaison entre Moïse et Jésus. Il est écrit dans le Livre du Deutéronome : « Il n’a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l’Eternel connaissait face à face. Nul ne peut lui être comparé pour tous les signes et les miracles que Dieu l’envoya faire au pays d’Egypte contre Pharaon, contre ses serviteurs et contre tout son pays, et pour tous les prodiges de terreur que Moïse accomplit à main forte sous les yeux de tout Israël ». Dt 34.10-11

    La Parole de Dieu n’a pas de limites dans le temps : le passé, le présent, le futur se confondent. Il n’a plus paru signifie aussi : il ne paraîtra plus en Israël de prophète semblable à Moïse.

    Jésus est un Israélite ; c’est une cause pour qu’il ne puisse être comparé à Moïse.

    En outre, Jésus est aux yeux des chrétiens non seulement différent de Moïse, mais il est de loin supérieur à ce dernier. D’où l’impossibilité de tenter la moindre comparaison entre les deux personnages.

    Les chrétiens placent Jésus au-dessus des prophètes. Paul dit : ‘‘Le Christ qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement’’ Romains 9.5

    Alors que la prophétie du Deutéronome parle d’un prophète.

    * Incompatibilité du mot prophète avec le titre ‘‘Fils de Dieu’’

    Jésus est appelé fils de Dieu, bien que nous ne soyons pas d’accord sur le sens donné à ce titre. Si la prophétie concernait Jésus, selon la logique des chrétiens, Dieu aurait dit : je leur enverrai mon fils. Jésus est désigné comme fils de Dieu dans plusieurs endroits de l’Evangile, de sorte qu’il est difficile de faire concorder le mot " Prophète" de la prophétie avec le titre "fils de Dieu". On peut donner des exemples sur le terme "fils de Dieu" concernant Jésus :

    Matthieu 17:5 Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le !

    Marc 1:11 Et une voix fit entendre des cieux ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j’ai mis toute mon affection.

    Marc 9:7 Une nuée vint les couvrir, et de la nuée sortit une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !

    Luc 3:22 et le Saint Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis toute mon affection.

    Luc 9:35 Et de la nuée sortit une voix, qui dit : Celui-ci est mon Fils élu : écoutez-le !

    Actes 13:33 Dieu l’a accomplie pour nous leurs enfants, en ressuscitant Jésus, selon ce qui est écrit dans le Psaume deuxième : Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui.

    Romains 1:9 Dieu, que je sers en mon esprit dans l’Évangile de son Fils, m’est témoin que je fais sans cesse mention de vous.

    Hébreux 5:5 Et Christ ne s’est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit : Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui !

    2Pierre 1:17 Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

    Comment concilier ce titre avec le qualificatif « un prophète comme toi » ? Impossible !

    Eu égard à ce qui a été démontré, il ne fait aucun doute que la prophétie du Deutéronome 18.18 se rapporte au Prophète Mohammed (Paix et Salut sur lui).

    Enfin, la confirmation coranique de la prophétie du Deutéronome a pour objet de sceller la certitude de cette réalité tangible et constamment vérifiable. Cependant, la Bible contient d’autres prophéties concernant le prophète Muhammad. On peut se contenter d’en citer quelques-unes :

    11.2 Rappel des promesses de Dieu à l’égard d’Ismaël

    Dieu bénit Ismaël et promit de faire de lui une grande nation :

    « Dieu entendit la voix de l’enfant ; et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit : qu’as-tu Agar ? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est. Lève-toi, prend l’enfant, saisis-le de ta main ; car je ferai de lui une grande nation » Genèse 21.17-18

    Quelle est donc cette grande nation ? C’est la nation de l’Islam et du prophète Mohammed (psl)

    Dans un autre passage, Dieu promet : « Je ferai aussi une nation du fils de ta servante ; car il est ta postérité » Genèse 21.13

    Le fils de la servante d’Abraham est Ismaël. La nation qui est sortie de lui est la nation arabe et la nation arabe a engendré Mohammed.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:07, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    11. Muhammad dans l’Ancien Testament - Deuxième Partie

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:36

    11. Muhammad dans l’Ancien Testament - Deuxième Partie

    11.3 Les prophéties des Psaumes

    « Tu es le plus beau des fils de l’homme, la grâce est répandue sur tes lèvres, c’est pourquoi Dieu t’a béni pour toujours. Vaillant guerrier, ceins ton épée, ta parure et ta gloire ! Sois vainqueur, monte sur ton char. Défends la vérité, la douceur et la justice. [...] Tes flèches sont aiguës ; des peuples tomberont sous toi [...] Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité. Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté [...] Des filles de rois sont parmi tes bien-aimées... Ecoute, ma fille, vois, et prête l’oreille ; oublie ton peuple et la maison de ton père. Le roi porte ses désirs sur ta beauté [...] Je rappellerai ton nom dans tous les âges : aussi les peuples te loueront éternellement et à jamais. » Ps 45.3-18

    Ce texte dresse le portrait d’un personnage dont la fonction, les qualités et les exploits s’identifient à ceux du prophète Muhammad. Ce portrait peut-il s’accorder avec Jésus ? La réponse est non pour les raisons suivantes : Jésus n’a pas fait la guerre, alors que la prophétie parle d’un vaillant guerrier ; Jésus n’a pas commandé, alors qu’il est question d’un personnage qui gouverne, d’un chef politique : « le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité » ; Jésus ne s’est jamais marié, alors que la prophétie fait état d’un homme polygame, enfin la prophétie décrit un homme beau alors que Jésus, selon les dires d’Esaïe ci-après n’avait pas de beauté :

    « Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. » Esaïe 53:2

    En matière de beauté, Muhammad est décrit par ses compagnons comme étant d’une beauté extraordinaire. Sa beauté et son charme sont l’objet d’une multitude de poèmes et de chants inspirés de différents témoignages de ses contemporains.

    « Nous n’avons jamais vu quelqu’un de plus beau que le prophète » disent les uns, « quand on le regarde, on croirait voir le soleil se mouvoir dans son visage » témoignent les autres.

    « La grâce est répandue sur tes lèvres » Muhammad était plein de grâce. Il avait le don de la parole et la force de la persuasion ; son éloquence particulière était reconnue par tout le monde y compris ses ennemis.

    « C’est pourquoi Dieu t’a béni pour toujours. » Le Prophète Muhammad a les bénédictions de Dieu, des anges et des centaines de millions de Musulmans.

    A chacune des prières quotidiennes et chaque fois que son nom est mentionné dans une conversation, une réunion, un sermon ou un écrit, Muhammad reçoit la bénédiction et le salut des Musulmans.

    Aucun autre prophète n’est l’objet d’autant de louanges et de bénédictions. Il en est ainsi parce que Dieu exhorte les croyants à prier pour le prophète et à lui adresser des salutations : « Allah et ses Anges bénissent le prophète ; ô vous qui croyez, priez sur lui et adressez lui vos salutations. » s33, v56

    A l’évidence, ces bénédictions sont l’accomplissement le plus parfait et le plus indéniable du verset des Psaumes qui dit « Je rappellerai ton nom dans tous les âges : aussi les peuples te loueront éternellement et à jamais. »,

    « Vaillant guerrier »

    Muhammad est bien connu pour ses qualités de vaillant guerrier. Il a mené plusieurs batailles contre les païens de la Mecque qui avaient déployé tous les moyens pour l’empêcher d’accomplir sa mission. Il combattait au nom de Dieu, non pour le pouvoir et la richesse mais pour la vérité et la justice.

    L’esclavage battait son plein à la Mecque, les puissants écrasaient les faibles, les filles n’avaient pas droit à la vie, on les tuait au berceau, les guerres tribales faisaient des ravages, l’idolâtrie était à son paroxysme, Muhammad avait combattu ces fléaux et rétabli la justice.

    « Des peuples tomberont sous toi »

    En effet, Muhammad a changé la face du monde. Il a fait tomber des empires et rallié à la cause islamique les peuples de trois continents. Il importe de citer dans ce contexte le témoignage d’Alphonse de Lamartine qui dit : « Jamais homme ne se proposa volontairement ou involontairement un but plus sublime, puisque ce but était surhumain : saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, restaurer l’idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie. Jamais homme n’entreprit, avec si faibles moyens, une œuvre si démesurée aux forces humaines, puisqu’il n’a eu, dans la conception et dans l’exécution d’un si grand dessein, d’autre instrument que lui-même, et d’autres auxiliaires qu’une poignée de barbares dans un coin du désert. Enfin jamais homme n’accomplit en moins de temps une si immense et si durable révolution dans le monde, puisque moins de deux siècles après sa prédication, l’islamisme prêché et armé régnait sur les trois Arabies, conquérait à l’unité de Dieu la Perse, le Khorasan, la Transoxiane, l’Inde occidentale, la Syrie, l’Egypte, l’Ethiopie, tout le continent connu de l’Afrique septentrionale, plusieurs des îles de la Méditerranée, l’Espagne et une partie de la Gaule. Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, et l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne à Mahomet ? Les plus fameux n’ont remué que des armes, des lois, des empires : ils n’ont fondé (quand ils ont fondé quelque chose) que des puissances matérielles écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d’hommes sur un tiers du globe habité ; mais il a remué de plus des autels, des dieux, des religions, des idées, des croyances, des âmes ; il a fondé sur un Livre dont chaque lettre est devenue loi une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toute langue et de toute race, et il a imprimé, pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane, la haine des faux dieux, et la passion du Dieu Un et immatériel. »

    « Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité. Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté »

    Muhammad a fondé à Médine un Etat de droit et de justice, basé sur une constitution qui fut la première constitution écrite dans le monde entier. Cet Etat a servi d’exemple à plusieurs autres sociétés. Grâce à lui, le monde arabe est passé de la barbarie à la civilisation et de l’ignorance au savoir.

    On ne saurait mieux décrire cette mutation qu’en rapportant la plaidoirie de Ja’far ibn Abi Taleb devant le Négus d’Abyssinie où il dit : « O roi, nous étions ignorants : nous adorions les idoles, commettions les péchés charnels, opprimions les faibles, et faisions tout ce qui est abominable, jusqu’à ce que Dieu nous envoyât Son messager, l’un d’entre nous. Nous le connaissions parfaitement, sa véracité, sa chasteté, toutes ses vertus depuis toujours. Il nous a appris à nous abstenir de faire mal à autrui, à n’adorer que le Dieu unique, à prier, à donner les aumônes, à jeûner, et à pratiquer tout ce qui est bien. Cela nous plut, et nous commencions à le pratiquer ; mais vint tout de suite la persécution de nos compatriotes, qui nous a contraints à quitter notre patrie et à nous réfugier dans ton pays ; et nous t’avons préféré à tous autres dans notre choix, car nous espérions que personne ne nous opprimerait chez toi. »

    « Des filles de rois sont parmi tes bien-aimées »

    Le prophète Muhammad épousa des filles de grands chefs de tribus, considérés comme des rois par leurs peuples. Ce fut le cas de Juwairiyah, fille d’al-Hârith de la tribu des Banu’l-Mustaliq ou d’Umm Habîbah, fille d’Abû Sufyân, chef de la tribu des Banû Umaiyah, ou encore le cas de la Juive Safiyah, fille de Huyaïy ibnu Akhtab, chef de la tribu des Banû Nadhir. Celle-ci était une jeune veuve, elle avait une tache verte sur la joue. Le prophète l’interrogea sur cette tache, elle lui dit : il y a quelques temps, j’avais vu en rêve que la lune se détachait de sa place et tombait dans mon sein ; et lorsque j’en fis part à mon mari, il me dit : Tu veux te marier avec ce roi de Médine -et je ne savais rien sur toi à cette époque- et il me donna une gifle dont subsiste la trace sur ma joue !

    Les rois lui offriront des présents et les nations le béniront chaque jour

    Le Psaume 72 décrit le personnage en question comme un chef juste dont la réputation sera éternellement bénie et universelle ; qui fera preuve de bienveillance et de miséricorde envers les opprimés, les malheureux et les pauvres. « Il dominera d’une mer à l’autre, et du fleuve aux extrémités de la terre. Devant lui, les habitants du désert fléchiront le genou, et ses ennemis lècheront la poussière. Les rois de Tarsis et des îles payeront des tribus. Les rois de Séba et de Saba offriront des présents [...] Les nations le serviront [...] Ils prieront pour lui sans cesse, ils le béniront chaque jour. » Psaumes 72.8-15

    L’islam a atteint les quatre coins de la planète et il domine d’une mer à l’autre, et du fleuve aux extrémités de la terre. Les rois ont payé les tribus et offert des présents à Mohammed. Les rois de Séba (Ethiopie), Schéba (Yémen) et de Tarsis (Andalousie) font partie des rois qui furent soumis à l’autorité islamique. « Les nations le serviront, prieront pour lui sans cesse, et le béniront chaque jour. » Psaumes 72.8-15

    « La religion mahométane, née chez une nation guerrière et libre, prêcha l’intolérance et la destruction des infidèles. A l’opposé de Jésus-Christ, Mahomet fut roi ! Il déclara que tout l’univers devait être soumis à son empire, et ordonna d’employer le sabre pour anéantir l’idolâtre ou l’infidèle. »

    L’expression « les nations le servirent, prieront pour lui sans cesse, et le béniront chaque jour » rejoint la prophétie déjà évoquée de Daniel 7.13-14.

    Les musulmans du monde entier, faut-il le rappeler, prient sur le Prophète Mohammed matin et soir au cours de leurs prières. Chaque fois que son nom est mentionné, le musulman prononce la formule (Paix et Salut sur lui).

    Encore une fois, ces prophéties sont loin de s’accomplir en un personnage comme Jésus. On ne peut qualifier de vaillant guerrier quelqu’un comme Jésus qui n’a jamais fait de guerre, ni porté l’épée. De même qu’on ne peut lui attribuer la fondation d’un gouvernement ou d’un empire pour lui appliquer la prophétie concernant le règne de justice. Plus loin de Jésus encore, les filles de rois qui seront parmi les bien-aimées du personnage de la prophétie, étant donné que Jésus n’a jamais eu de compagne.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:08, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:36

    « La vallée de Baca »

    « Lorsqu’ils traversent la vallée de Baca, ils la transforment en un lieu plein de sources » Psaumes 84.7

    Baca est cité dans le Coran comme un des noms de la Mecque :

    « La première Maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bacca (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l’univers » s3 v96

    Pourquoi le Coran appelle-t-il la Mecque ‘‘Bacca’’ ? C’est pour nous montrer que Bacca du Coran est la même que ‘‘Baca’’ du Psaume. Sinon, il aurait suffi d’employer le nom : « la Mecque ».

    Les juifs et les chrétiens sont visiblement embarrassés par ce nom qui ne désigne aucun lieu en Israël. La tradition juive a tenté de donner une signification en ce sens que la vallée de Baca serait « la vallée des pleurs ». Cependant, les spécialistes de la langue hébraïque s’y opposent, estimant que Baca diffère trop du mot hébreu signifiant : pleurs (beki ou beké), pour pouvoir être pris dans cette acception. Certains y voient le nom d’un arbre qui ne croît que dans des lieux arides. Les commentateurs de la Bible ne cachent pas que cette explication ramène elle aussi à « l’idée d’une contrée où l’eau fait défaut. ». Tout cela pour fuir la vérité, pour ne pas prononcer le mot : Mecque. Car la Mecque veut dire l’Islam, Mohammed, le Coran, ce qu’ils n’entendent pas reconnaître.

    Comme il est annoncé dans la prophétie, Bacca est transformée en un lieu plein de sources.

    Peu avant ce passage, on peut lire :

    « Heureux ceux qui habitent ta maison ! Ils peuvent te célébrer encore. » Psaumes : 84:5

    Il est indéniable que la maison de Dieu (Beit Allah) se trouve à la Mecque. On voit bien l’étroite relation entre la vallée de Baca et la Maison de Dieu évoquées dans ces deux versets.

    La pierre de l’angle

    Après avoir raconté la parabole de la vigne et des vignerons qui se sont rebellés contre le maître de maison, tué ses serviteurs et son fils pour s’emparer de son héritage (Mt 21. 33-42), Jésus leur dit (aux juifs) : « N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures : La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle ; c’est par la volonté du Seigneur qu’elle est devenue, et c’est un prodige à nos yeux » Matthieu 21.42 ; Marc 12.10

    Jésus fait référence aux passages suivants des Psaumes :

    « La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle. C’est de l’Eternel que cela est venu, c’est un prodige à nos yeux [...] Béni soit celui qui vient au nom de l’Eternel...Tu es mon Dieu et je te louerai ; mon Dieu ! Je t’exalterai » Psaumes 118.21-29

    Béni se rapporte au saint Coran : « Et à présent, voici révélé un Livre béni qui vient confirmer les précédentes Ecritures » s6 v92 ; 6.155 ; s38 v29

    « Et voilà un Rappel béni révélé à votre intention » s21 v50

    Quant à la pierre rejetée par les bâtisseurs, elle symbolise la nation arabe. Celle-ci a de tout temps été méprisée par les juifs. Pour comprendre les raisons de ce mépris, il faut remonter jusqu’aux origines. Ce mépris a pour origine la jalousie qui s’est emparée de Sara à l’égard de sa servante Hagar et son fils Ismaël. Sara demanda à Abraham de chasser Hagar et son fils Ismaël (Genèse 21.10). La pierre rejetée devient la principale de l’angle. La prophétie du Psaume, reprise par Jésus s’applique à la nation arabe. Celle-ci devient la principale de l’angle.

    11.4 Les prophéties d’Esaïe

    Esaïe (paix et salut sur lui) a prophétisé sur le Messager, l’ancêtre du messager, la nation du messager, la Mecque, l’Islam, le Coran.

    a) le serviteur élu

    « Voici mon serviteur que je soutiendrai, mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J’ai mis mon esprit sur lui ; il annoncera la justice aux nations. Il ne criera point, il n’élèvera point la voix, et ne la fera point entendre dans les rues. Il ne brisera point le roseau cassé, et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore ; il annoncera la justice selon la vérité. Il ne se découragera point et ne se relâchera point, jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre, et que les îles espèrent en sa loi [...] Moi, l’Eternel, je t’ai appelé pour le salut, et je te prendrai par la main, je te garderai, et je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple, pour être la lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire sortir de prison le captif, et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres. » Es 42.1-8

    Les juifs et les chrétiens appliquent différemment cette prophétie. Certains parmi les juifs l’appliquent au peuple d’Israël, qualifié selon eux de serviteur de Dieu, d’autres l’appliquent au Messie, autre que Jésus. Les Chrétiens l’appliquent à Jésus, le Messie. Le commentateur de la Bible fait remarquer que les traits du personnage décrit dans la prophétie ne peuvent s’appliquer ni au peuple d’Israël, ni à un prophète ou à un roi ordinaire ; il est question, dit-il, d’un personnage plus qu’un nouveau Moïse.

    A mon humble avis, cette prophétie comporte beaucoup de signes correspondant au prophète Muhammad. Elle parle d’un serviteur sur lequel, Dieu a mis son Esprit. La mise de l’Esprit sur ce serviteur est une incidence, un événement créé, contingent. En revanche, l’Esprit par rapport à Jésus est une chose innée, naturelle. S’il s’agissait de Jésus, Dieu aurait dit : « Voici mon Esprit » ou « Voici mon Verbe » et Il n’aurait nullement besoin de mettre son Esprit sur lui parce que Jésus était déjà né d’Esprit. Jésus a dit : « Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. » Jn 3.6-7

    Ce serviteur « annoncera la justice aux nations. » Le mot ‘‘justice’’ implique des lois et des règles destinées à régir les rapports sociaux. Il ne saurait y avoir de justice sans qu’il existe des lois et des règles qui la définissent et qui indiquent les droits et les devoirs, ce qui est permis et ce qui est interdit, ce qui est juste et ce qui est injuste, de manière à mettre en œuvre cette justice. Le Message de Jésus n’est rien de plus qu’un code moral, venant compléter une loi (la Torah) qui existait déjà. Le Coran constitue, par contre, un code de lois nouvelles annonçant la justice aux nations, aux peuples.

    « Il ne criera point, il n’élèvera point la voix, Et ne la fera point entendre dans les rues » Es 42.2

    Cette prophétie ne peut s’appliquer à Jésus car, d’après les évangiles, Jésus s’emportait contre les gens et même les insultait, exemple :

    « Arrière de moi, Satan ! Tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu »

    « Alors, promenant sur eux un regard plein de colère, tout attristé devant leur cœur de pierre, » Marc 3.5

    « Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? » Matthieu 3.7

    « Race incrédule et perverse, répondit Jésus, jusqu’à quand serais-je avec vous ? Jusqu’à quand vous supporterai-je ? » Matthieu 17.17

    « Malheur à vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! » Matthieu 23.13

    « Il fit un fouet de cordes et les chassa tous hors du temple, avec les moutons et les bovins ; il dispersa la monnaie des changeurs, renversa les tables. » Jean 2.15

    Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens » Matthieu 15.26-27

    « Jésus entra dans le temple de Dieu, il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons. » Matthieu 21.12

    En revanche, le prophète Muhammad n’a jamais élevé la voix contre quelqu’un.

    « Mahomet nous apparaît comme un homme doux, sensible, fidèle, exempt de haine. Ses affections étaient sincères ; son caractère, en général, porté à la bienveillance. Lorsqu’on lui serrait la main en l’abordant, il répondait cordialement à cette étreinte, et jamais il ne retirait la main le premier. Il saluait les petits enfants et montrait une grande tendresse de cœur pour les femmes et les faibles. « Le paradis, disait-il, est au pied des mères. » Ni les pensées d’ambition, ni l’exaltation religieuse n’avaient desséché en lui le germe des sentiments individuels. »

    Anas ibn Malik témoigne à ce propos : « J’ai servi le messager de Dieu pendant dix ans, il ne m’a jamais apostrophé, ni adressé le moindre reproche sur ce que j’ai fait ou ce que je n’ai pas fait. Il avait le meilleur caractère du monde. Je n’ai jamais touché ni velours ni soie plus doux que sa main, ni senti un musc ou un parfum à l’odeur plus agréable que la sueur du prophète. »

    Son épouse Aïcha raconte : « Il ne parlait jamais du mal de quiconque. Au lieu de rendre le mal pour le mal, il avait l’habitude de pardonner ceux qui l’offensaient. Il ne supportait pas l’iniquité et ne pensait jamais à se venger. Il ne frappa jamais une servante, un serviteur ou un esclave, même une créature muette. Il ne refusait jamais une requête raisonnable à quiconque la lui demandait. »

    Ali ibn Abi Taleb dit : « Le prophète était d’humeur toujours gaie, il était bienveillant et avait un intérieur limpide. Affable et courtois, il ne se montrait jamais rude envers quelqu’un, il gardait ordinairement le silence au lieu de lui répondre brutalement ou d’accéder à sa demande inacceptable. Ceux qui connaissaient ses habitudes, comprenaient ce que son silence veut dire. Il n’aimait faire de la peine à personne, plutôt il les rassurait car il était plein de gentillesse et de compassion. Il était d’une bienveillance et d’une générosité extrêmes, aimant la vérité et la bonté. C’était un plaisir d’être en sa compagnie. »

    Toujours au sujet du prophète Muhammad, Hind, fils de Khadija rapporte : « Il avait bon cœur, il était doux et d’humeur agréable. Il n’aimait offenser personne. Il se montrait toujours reconnaissant pour la moindre faveur. Il acceptait de bonne grâce toute nourriture qu’on plaçait devant lui. Il ne se montrait jamais furieux pour toute offense à sa propre personne, ni ne songeait à se venger ou à trahir. »

    « Il ne brisera point le roseau cassé et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore » Es 42.3 le Prophète a dit a son oncle : « Ô mon oncle ! Je jure par Allah que même s’ils mettaient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche pour me faire renoncer à cette affaire, je n’y renoncerais jamais jusqu’à ce qu’Allah la fasse triompher ou que j’y perde la vie. »

    Selon les croyances chrétiennes, Jésus fut conduit à l’abattoir comme un agneau, comment peut-on lui appliquer cette prophétie ?

    Il ne se découragera pas et ne se relâchera point jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre et que les îles espèrent en sa loi. »

    Le ministère de Jésus n’a duré que trois ans ; cette période n’est pas assez longue pour que l’on puisse parler de relâchement ou de découragement.

    En revanche, Muhammad a prêché le message pendant vingt trois ans sans relâche et sans découragement malgré les rudes épreuves qu’il subît. A sa mort, le message de l’Islam était en passe d’atteindre les extrémités de la terre.

    « Moi l’Eternel... et je te prendrai par la main et je te guiderai...pour être la lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles. » Esaïe 42.6-7

    Le Coran dit :

    « Alif Lam Mim. Nous te révélons ce Livre pour que tu fasses sortir, avec la permission de leur Seigneur, les hommes des ténèbres vers la lumière, et les conduises dans la voie du Tout-Puissant, du Digne de louange » s14 v1

    « ô Prophète ! Nous t’avons envoyé comme témoin, annonciateur et avertisseur, appelant les gens à Allah par Sa permission et comme une lampe éclairante » s33 v46

    Ces derniers versets du Coran rejoignent cette prophétie d’Esaïe : « Pour être la lumière des nation et pour ouvrir les yeux des aveugles. »


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:10, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:38

    b) le prophète illettré

    Esaïe a prophétisé la réponse de Muhammad dans la caverne de Hira à l’injonction de l’Archange Gabriel. Lorsque l’Archange apparut pour la première fois à Muhammad et lui ordonna de lire, celui-ci lui répondit : « Je ne sais pas lire. » Cette réponse correspond parfaitement à la prophétie d’Esaïe qui dit : « Ou comme un livre que l’on donne à un homme qui ne sait pas lire, en disant : Lis donc cela ! Et qui répond : Je ne sais pas lire. » Es 29.12

    Lorsque l’ange Gabriel demanda à Muhammad de lire, ce dernier a prononcé à trois reprises l’expression : « je ne sais pas lire. ».

    Comme nous l’avons déjà mentionné plus haut, Muhammad est ce prophète illettré dont parle le Coran aux versets 157 et 158 de la Sourate 7.

    Notons qu’il n’y avait pas de Bible traduite en arabe au temps du prophète Muhammad, c’est-à-dire au septième siècle de notre ère. La Bible ne fut traduite en arabe qu’au dixième siècle après J.C.

    Lis donc cela ! Cet ordre vient de Dieu par la voix de son prophète Esaïe. Le même ordre fut intimé au prophète Muhammad treize siècle après par l’Archange Gabriel : Lis ! Et Muhammad de répondre : « Je ne sais pas lire. » L’Archange le prit dans ses bras et le serra très fort avant de lui demander encore une fois de lire. Muhammad dit : « mais je ne sais pas lire. » L’ange le serra de nouveau et plus fort, puis lui demanda de lire ; et il répondit qu’il ne savait pas lire. Il le prit dans ses bras pour la troisième fois, le serra très fortement, puis le relâcha et dit : « Lis par le nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’un caillot de sang ! Lis ! Car ton Seigneur, le Très Noble, c’est Lui qui a enseigné par la plume. Il a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. » s96, v1-5

    c) le messager aveugle et sourd

    « Qui est aveugle sinon mon serviteur, Et sourd comme mon messager que j’envoie ? Qui est aveugle comme l’ami de Dieu, Aveugle comme le serviteur de l’Eternel ? » Es 42.19

    De toute évidence, cette prophétie vise un messager qui ne sait ni lire ni écrire. Les mots « aveugle » et « sourd » sont employés comme métaphore pour désigner un illettré parmi les messagers de Dieu. Jésus n’était pas illettré ; il savait lire et écrire, il est appelé « Esprit de sagesse et d’intelligence » Es 11.2.

    De ce fait, Jésus ne pouvait être qualifié ni d’aveugle ni de sourd « Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit : l’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres... » Lc 4.17-18.

    Par contre, Muhammad était illettré, le Coran le qualifie comme tel : « Ceux qui suivent le messager, le prophète illettré qu’ils trouvent mentionné chez eux dans la Torah et l’Evangile » s 7, v 157

    Dieu a voulu que son dernier messager soit illettré afin de le mettre à l’abri de tout soupçon en ce qui concerne la transmission du Coran.

    « Et c’est ainsi que Nous t’avons révélé un esprit (le Coran) provenant de notre ordre. Tu n’avais aucune connaissance du Livre ni de la foi ; mais nous en avons fait une lumière par laquelle Nous guidons qui nous voulons parmi nos serviteurs. » Coran, s 42, v 52

    L’histoire a aussi témoigné ainsi que les contemporains de Muhammad, y compris ses ennemis, qu’il ne savait ni lire ni écrire.

    Ce serviteur aveugle et sourd est l’ami de Dieu. Ce qualificatif s’applique également à Muhammad. Jésus est sans doute plus qu’un ami par rapport à Dieu. Le titre « ami de Dieu » ne peut s’appliquer ni au verbe ni à L’Esprit de Dieu.

    A l’instar d’Abraham et de Moïse, Muhammad est l’ami de Dieu. Comment en serait-il autrement dès lors que Dieu accorde son amour à ceux qui le suivent :

    « Dis : si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés » Coran, s3 v31

    Dieu lui a déclaré son amour à plusieurs reprises par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. Lors du voyage céleste, tous les anges qu’il avait rencontrés l’ont appelé ainsi et Dieu aussi l’a appelé : ‘‘Mon ami’’.

    d) le Cantique nouveau

    « Chantez à l’Eternel un cantique nouveau, Chantez ses louanges aux extrémités de la terre, Vous qui voguez sur la mer et vous qui la peuplez, Iles et habitants des îles ! Que le désert et ses villes élèvent la voix ! Que les villages occupés par Kédar élèvent la voix ! Que les habitants des rochers tressaillent d’allégresse ! Que du sommet des montagnes retentissent des cris de joie ! Qu’on rende gloire à l’Eternel, Et que dans les îles on publie ses louanges ! » Es 42.10-12

    Le cantique nouveau est le Coran. Il est psalmodié partout dans le monde, jusqu’aux extrémités de la terre. Le désert est le désert d’Arabie ; les îles sont celles formant la péninsule arabique. Kédar est le fils d’Ismaël, ancêtre du prophète Muhammad. La mentionde kédar recouvreetconfirmetroisréalités : le message, le lieu et le messager. Le message est le Coran (le cantique nouveau) ; le lieu est l’Arabie, désignée par les termes désert, îles ; le messager est Muhammad, descendant de Kédar.

    « Voici la postérité d’Ismaël...Kédar » Genèse 25.12-17

    e) Kédar, les îles, le désert

    « Iles et habitants des îles ! Que le désert et ses villes élèvent la voix ! Que les villages occupés par Kédar élèvent la voix ! Que les habitants des rochers tressaillent d’allégresse ! » (Es 42.11)

    Les habitants de ces lieux désignés par les termes : désert, îles, rochers, bref les populations arabes ne cessent de rendre hommage à Dieu pour l’immense grâce de l’Islam. Les îles et leurs habitants élèvent la voix, à la louange de Dieu. La Mecque est située dans une vallée rocheuse, en plein désert, c’est le lieu où va naître le prophète attendu. Toutes les villes d’Arabie ressemblent à une presqu’île désertique. De plus, la prophétie précise que le pays du prophète attendu est le pays de Kédar. Celui-ci est le fils d’Ismaël qui habitait en Arabie avec ses frères (Gn 25.13-16).

    « Car ils fuient devant les épées, devant l’épée nue, devant l’arc tendu, devant un combat acharné, car ainsi m’a parlé le Seigneur [...] Et c’en est fait de toute la gloire de Kédar. Il ne restera qu’un petit nombre des vaillants archers , fils de Kédar, Car l’Eternel, le Dieu d’Israël, l’a déclaré » Esaïe 21.15-17

    « Que du sommet des montagnes retentissent des cris de joie ! Qu’on rende gloire à l’Eternel, Et que dans les îles on publie ses louanges. » (Es 42.11-12)

    L’expression « et que dans les îles on publie ses louanges », montre qu’il s’agit bel et bien de la Mecque où le Nom de Dieu est invoqué en permanence par des millions de pèlerins qui s’y rendent continuellement pour le petit et le grand pèlerinage.

    f) la loi grande et magnifique

    « Tu as vu beaucoup de choses, mais tu n’y as point pris garde ; On a ouvert les oreilles, mais on n’a point entendu. L’Eternel a pris plaisir, à cause de sa justice, à publier une loi grande et magnifique. » Es 42.20-21

    Ces derniers versets s’adressent aux Juifs. Dieu a voulu les sauver, tout en leur reprochant d’être réfractaires à Ses messages et à Ses signes. Il leur annonce la publication d’une loi grande et magnifique qui aura été pour eux une occasion pour se racheter. Cette loi grande et magnifique n’est autre que le Coran. Mais en vain, ils n’y ont pas cru après l’avoir vu et entendu. Cette loi est destinée à être la lumière des peuples, les îles y prendront appui :

    « Car la loi sortira de moi, Et j’établirai ma loi pour être la lumière des peuples, Ma justice est proche, mon salut va paraître, Et mes bras jugeront les peuples ; Les îles espéreront en moi, Elles se confieront en mon bras. » (Es 51.4-6)

    La nouvelle loi en question est le Coran. Elle ne sera pas limitée au peuple d’Israël comme la loi de Moïse, mais une lumière pour tous les peuples du monde :

    « Croyez en Dieu et en Son Messager, ainsi qu’en la lumière (le Coran ) que nous avons fait descendre » Coran, s64 v8

    « ô gens des Ecritures ! Notre Messager est venu vous exposer une bonne partie des Ecritures que vous teniez cachée, tout en passant sur bien d’autres choses. Une lumière et un Livre explicite vous sont certes venus de Dieu » Coran, s5 v15

    « Nous ne t’avons envoyé que comme miséricorde pour l’univers » Coran, s21 v107

    Cette loi prend appui sur le pouvoir islamique qui symbolise le pouvoir de Dieu ou ‘‘les bras de l’Eternel’’. « Car les îles espèrent en moi » Es 60.9

    Les îles en question sont les pays de la péninsule arabique où règnent sans partage les lois de l’Islam.

    g) Les idolâtres reculeront, ils seront confus

    « Ils reculeront, ils seront confus, ceux qui se confient aux idoles taillées, ceux qui disent aux idoles de fonte : vous êtes nos dieux ! » (Es 42.17)

    Les ennemis du prophète visé étaient des idolâtres et des polythéistes. Tout le monde sait que la Mecque était la capitale des idoles avant l’islam. Il y avait, autour de la Ka’ba, des centaines d’idoles, représentant les divinités des tribus de l’Arabie. Dans les fresques à l’intérieur de la Ka’ba, il y avait des tableaux représentant, entre autres, Abraham et Ismaël. Le prophète Muhammad avait purifié ce lieu saint, vaincu les idolâtres et détruit les idoles.

    « L’Arabie était idolâtre lorsque Mahomet, sept siècles après Jésus-Christ, y introduisit le culte du dieu d’Abraham, d’Ismaël, de Moïse et de Jésus-Christ. [...] Mahomet fut prince ; il rallia ses compatriotes autour de lui. En peu d’années, ses Moslems conquirent la moitié du monde. Ils arrachèrent plus d’âmes aux faux dieux, culbutèrent plus d’idoles, renversèrent plus de temples païens en quinze années, que les sectateurs de Moïse et de Jésus-Christ ne l’ont fait en quinze siècles. Mahomet était un grand homme. »

    « L’Eternel s’avance comme un héros, Il excite son ardeur comme un homme de guerre ; Il élève la voix, Il jette des cris, Il manifeste sa force contre ses ennemis. » (Es 42.13)

    Il est clair que la prophétie évoque les grandes batailles de l’Islam. Menées au nom de Dieu et sur son ordre, ces batailles avaient pour but de repousser la violence des incroyants :

    « Combats dans le sentier d’Allah, tu n’es responsable que de toi-même, et incite les croyants (au combat). Allah arrêtera certes la violence des incroyants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition. » Coran, s4 v84

    Effectivement, c’était Dieu qui conduisait le combat et qui ‘‘s’avance comme un héros’’.

    Le Coran dit : « Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Dieu qui les a tués. Ce n’est pas toi qui lançais les traits quand tu les lançais, mais c’est Dieu qui lançait. » Coran, s8 v17

    h) l’appel de la prière (l’adhan)

    « Oracle sur Duma. On me crie de Séir : Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? Sentinelle, que dis-tu de la nuit. La sentinelle répond : Le matin vient et la nuit aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ; Convertissez-vous et revenez. » Esaïe 21.12

    Le Prophète Esaïe use d’un langage métaphorique. L’adhan est l’appel à la prière lancé à des heures fixes du matin au soir à partir d’un minaret. Celui qui en est chargé s’y tient comme une sentinelle.

    i) Oracle sur l’Arabie

    « Vous passerez la nuit dans les broussailles de l’Arabie, caravanes de Dedan ! Portez de l’eau à ceux qui ont soif ; les habitants du pays de Théma portent du pain aux fugitifs. » Esaïe 21.13-15

    Cette prophétie évoque le pèlerinage aux lieux saints de l’Islam. Elle fait allusion au passage obligatoire des pèlerins et à leur campement dans les broussailles de Muzdalifa où se trouve le repère sacré. Après le déferlement de Arafat, les pèlerins se dirigent vers le repère sacré de Muzdalifa où ils passent la nuit dans les broussailles jusqu’à l’aube.

    « Lorsque vous déferlez de Arafat, invoquez Allah auprès du Mach’ear al-harâm (repère sacré) et glorifiez-Le pour vous avoir mis sur la bonne voie alors qu’auparavant vous étiez du nombre des égarés. » Coran, s2 v198

    C’est dans ces lieux de pèlerinage que s’effectue sans cesse la distribution d’eau et de nourriture au profit des pèlerins venus des quatre coins de la planète pour accomplir ce rite sacré, cinquième pilier de l’islam.

    Théma est située en Arabie sur la route entre Médine et Damas. Ce lieu est cité dans Job 6.19 et Jérémie 25.23

    j) la voie sainte

    « Le désert et le pays aride se réjouiront ; La solitude s’égaiera, et fleurira comme un narcisse... ils verront la gloire de l’Eternel... Alors s’ouvriront les yeux des aveugles, S’ouvriront les oreilles des sourds... Car des eaux jailliront dans le désert, Et des ruisseaux dans la steppe ; Le mirage se changera en étang, Et la terre desséchée en sources d’eaux... Il y aura là un chemin frayé, une route, Qu’on appellera la voie sainte ; Nul impur n’y passera ; elle sera pour eux seuls ; Ceux qui la suivront, même les insensés, ne pourront s’égarer. » (Es 35.1-9)

    La voie sainte est celle de la Mecque qui est interdite aux non musulmans. Les sourds et les insensés dont il est question étaient les Arabes qui habitaient le désert. Ils étaient plongés dans la barbarie et l’ignorance à tel point qu’ils fussent comparés à des insensés, des aveugles et des sourds-muets. Ils sont appelés ainsi dans plusieurs passages de la Bible.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:11, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:39

    k) Jésus a également prophétisé sur la Mecque :

    « Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons » Jean 4.19-23

    Il est bien évident que Jésus fait allusion à la Mecque. Ces prophéties sont tellement claires qu’elles peuvent se passer de commentaires.

    l) le peuple aveugle

    « Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas... Je changerai devant eux les ténèbres en lumière. Et les endroits tortueux en plaine : Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai point. Ils reculeront, ils seront confus, ceux qui se confient aux idoles taillées, Ceux qui disent aux idoles de fonte : Vous êtes nos dieux ! » Es.42.16, 17

    Le peuple insensé, aveugle fut bel et bien le peuple arabe avant d’être guidé vers la lumière, le savoir et la gloire de l’Islam. Parce que ce sont eux, les Arabes « qui se confient aux idoles taillées... qui disent aux idoles de fonte : Vous êtes nos dieux ! » Es 42.17

    Ce sont eux « la nation insensée » que Dieu a juré de promouvoir pour exciter la jalousie des Juifs. Cf. Dt 32.21

    « Alif, Lâm, Râ, Voici un Livre que Nous avons fait descendre sur toi, afin que - par la permission de leur seigneur - tu fasses sortir les gens des ténèbres vers la lumière, sur la voie du Tout Puissant, du Digne de louange » Coran s14 v1

    « C’est Lui qui fait descendre sur Son serviteur des versets clairs, afin qu’il vous fasse sortir des ténèbres à la lumière ; et assurément Allah est Compatissant envers vous et Très Miséricordieux. » Coran, s57 v9

    m) la nation insensée

    « Ils ont excité ma jalousie par ce qui n’est point Dieu, ils m’ont irrité par leurs vaines idoles ; Et moi, j’exciterai leur jalousie par ce qui n’est point un peuple, Je les irriterai par une nation insensée. » (Dt 32.21)

    Il s’agit de la nation arabe que Dieu a comblée d’honneurs et de grâce en lui confiant la charge de Son message aux hommes et de Sa loi.

    L’Islam a effectivement transformé les Arabes d’un peuple barbare à un peuple civilisé. Tel que prédit la prophétie, le désert n’est plus un désert, il est fabuleusement transformé en champs de culture, en jardins et en prairies verdoyantes.

    Le mirage s’est réellement changé en étang, et la terre desséchée en sources d’eaux. L’eau y devient abondante. De grands forages y ont été réalisés en plus des usines de dessalement qui ont permis l’exploitation des eaux de mer à des fins domestiques et agricoles.

    Le désert est en passe de disparaître dans les pays du Golfe, notamment en Arabie Saoudite.

    La route ou la voie sainte est incontestablement la route de la Mecque. C’est la route qui mène à la Mosquée sainte, située dans la cité sainte. Cette cité est interdite aux idolâtres, considérés comme impurs par le Coran. Esaïe dit : « Nul impur n’y passera ; elle sera pour eux seuls. »

    Le Coran corrobore les dires du prophète Esaïe en affirmant : « ô vous qui croyez ! Les idolâtres ne sont qu’impureté : qu’ils ne s’approcheront donc plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci. » Coran s9 v28

    n) Les troupeaux de sacrifice

    « Les troupeaux de Kédar se réuniront tous chez toi ; les béliers de Nebayot [1] seront à ton service ; ils monteront sur mon autel en sacrifice agréable, et je glorifierai la maison de ma gloire » Esaïe 60.7

    Nul ne peut nier qu’il existe une parfaite concordance entre cette prophétie et les sacrifices de millions de têtes de bétail lors du pèlerinage à la Mecque sur l’autel du Seigneur.

    Le Coran dit :

    « Nous avons désigné, à votre intention, les chameaux pour servir aux rites sacrificiels. Vous y trouverez aussi d’autres avantages. Prononcez donc le nom d’Allah sur ceux qui sont prêts à être sacrifiés. » s22 v36

    Il y a lieu de rappeler cette invocation par les pèlerins

    « O Seigneur augmente la gloire, l’honneur et la grandeur de cette maison »

    o) Ta lumière arrive

    « Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l’Eternel se lève sur toi » Esaïe 60.1s

    Il s’agit de la Mecque d’où jaillit la lumière du Coran, la grâce de l’Islam

    « Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples ; Mais sur toi l’Eternel se lève, sur toi sa gloire apparaît, des nations marchent à ta lumière, et des rois à la clarté de tes rayons » Esaïe 60.2-3

    C’est l’arrivée en masses de pèlerins, de commerçants avec leurs richesses pour les offrandes devant accompagner le petit et le grand pèlerinage.

    De l’espace, il a été observé que toute la terre était plongée dans l’obscurité. Une lumière jaillit de deux endroits de la terre traversant l’atmosphère. Après vérification, on a découvert que cette lumière avait pour sources la Mecque et Médine.

    « Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples ; Mais sur toi l’Eternel se lève, sur toi sa gloire apparaît, des nations marchent à ta lumière, et des rois à la clarté de tes rayons » Esaïe 60.2-3

    « Tous ils s’assemblent, ils viennent vers toi ; tes fils arrivent de loin, et tes filles sont portées sur les bras...Quand les richesses de la mer se tourneront vers toi, quand les trésors des nations viendront à toi...et publieront les louanges de l’Eternel » Esaïe 60.4-6

    « Ils viennent vers toi », ce sont les pèlerins qui, à longueur d’année, venant des quatre coins de la planète, se dirigent vers la Mecque pour publier les louanges de l’Eternel et lui offrir des sacrifices agréables, c’est dans la Mecque que les richesses de la terre se déversent, en plus de ses richesses naturelles.

    p) Des portes ouvertes jour et nuit

    « Tes portes seront toujours ouvertes. Elles ne seront fermées ni jour ni nuit, afin de laisser entrer chez toi les trésors des nations, et leurs rois avec leur suite » Esaïe 60.11

    C’est la Mecque, la ka’ba qui est ouverte jour et nuit pour le tawaf. La mosquée sacrée qui l’entoure est également ouverte en permanence aux musulmans qui prient et invoquent Dieu sans cesse, au fil des années et à longueur de journées.

    q) Prophétie sur la descente graduelle et par fragment du Coran

    « Car c’est précepte sur précepte, précepte sur précepte, règle sur règle, règle sur règle, un peu ici, un peu là, -- Hé bien ! C’est par des hommes aux lèvres balbutiantes et au langage barbare que l’Eternel parlera à ce peuple » Esaïe 28.10

    Le Coran dit :

    « C’est un Coran que Nous avons révélé fragment par fragment, afin que tu le récites lentement aux gens. C’est pour cela que Nous l’avons fait descendre graduellement » s17 v106

    « Et ceux qui ne croient pas disent : « Pourquoi n’a-t-on pas fait descendre sur lui le Coran en une seule fois ? » Nous l’avons révélé ainsi pour raffermir ton cœur. Et Nous l’avons récité soigneusement » s25 v32

    « Et pour eux la Parole de l’Eternel sera précepte sur précepte, précepte sur précepte, règle sur règle, règle sur règle, un peu ici, un peu là » Esaïe 28.13

    La révélation du Coran par fragment un peu à la Mecque, un peu à Médine, un peu à Badr, un peu à Arafat, un peu à Hudaïbiyya, voilà ce que signifie un peu par ci un peu par là.

    « C’est par des hommes aux lèvres balbutiantes et au langage barbare que l’Eternel parlera à ce peuple » Esaïe 28.10

    « C’est Lui qui a envoyé aux illettrés un Messager des leurs qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la sagesse, bien qu’ils étaient auparavant dans un égarement évident » Coran, s62 v2

    De toute évidence, ces prophéties se rapportent à l’islam et au Prophète Mohammed. Les mots : Kédar, les îles, le désert, les idoles, le messager aveugle et sourd, le peuple aveugle, les broussailles de l’Arabie, caravanes de Dedan, Baca, précepte sur précepte, des portes ouvertes jour et nuit, la loi nouvelle qui sera une lumière pour tous les peuples, la voie sainte interdite aux non musulmans, ces termes sont l’expression claire et sans équivoque de l’Islam et ses symboles, entre autres Mohammed, le Coran, la Mecque, l’Arabie, le pèlerinage aux lieux saints de l’islam, le rite de mouzdalifa, etc.

    11.5 La Prophétie de Sophonie

    Après avoir annoncé la colère de Dieu contre les nations, notamment Juda et Jérusalem pour avoir adoré des faux dieux et commis des injustices, le Prophète Sophonie (paix et salut sur lui) fit une prophétie importante sur des peuples dont les rangées de prière et les invocations rappellent celles des musulmans :

    « Alors je donnerai aux peuples des lèvres pures, afin qu’ils invoquent tous le nom de l’Eternel, pour le servir, épaule contre épaule » Sophonie 3. 9 (Bible catholique).

    Tout le monde sait que les musulmans forment des rangs de prière, pied contre-pied et épaule contre épaule !

    Cette prophétie est conforme au préliminaire de la prière : « égalisez les rangs, qu’Allah vous fasse miséricorde, pied contre pied et épaule contre épaule, ne laissez pas de vide entre vous pour Satan et ne divergez pas afin que vos cœurs ne divergent. » La prière est célébrée avec une seule langue l’arabe et les invocations avec une seule langue, tous les peuples invoquent Dieu avec des lèvres pures glorifiant Dieu et récitant le Coran avec une seule et même langue.

    11.6 La prophétie de Zacharie

    Le Prophète Zacharie (paix et salut sur lui) a prophétisé la destruction des idoles :

    « Et ce jour-là, dit l’Eternel des armées, j’exterminerai du pays les noms des idoles, afin qu’on ne s’en souvienne plus ; j’ôterai aussi du pays les prophètes et l’esprit d’impureté. Si quelqu’un prophétise encore, son père et sa mère, qui l’ont engendré, lui diront : Tu ne vivras pas, car tu dis des mensonges au nom de l’Eternel ! Et son père et sa mère qui l’ont engendré, le transperceront quand il prophétisera » Zacharie 13.2-4

    Les idoles ont été détruites par le Prophète. 360 idoles, furent brisées lors de l’entrée triomphale des musulmans à la Mecque. Et ce jour-là, comme l’a prédit Zacharie, les idoles furent à jamais anéanties.

    Zacharie indique comme signe accompagnant cet événement la fin de la prophétie c’est-à-dire la dernière mission prophétique. C’est le cas du prophète Mohammed qualifié de sceau des prophètes (s33 v40). Il n’y aura plus de prophètes après Mohammed. Si quelqu’un prophétise encore, avertit la prophétie, il ne vivra pas. Il sera traité de menteur et exécuté. Ce jour-là Dieu détruira jusqu’au souvenir du culte des faux dieux. Cet événement, ne s’est-il pas produit durant la mission prophétique de Mohammed ? Qui ose nier pareille évidence ? Même Abu Jahl et Abu Lahab, dans leurs tombes, répondront très certainement par Oui !

    ----------------------------------------------NOTES----------------------------------------------

    [1] Nebayot est le fils aîné d’Ismaël Gn 25.13 ;28.9 ;36.3, ce nom a donné lieu à une peuplade arabe


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:12, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    12. Le Salut en Islam

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:41

    12. Le Salut en Islam

    Le salut en Islam est une certitude. Selon l’Islam, tout le monde entrera au Paradis sauf celui qui ne veut pas y entrer.

    L’Islam offre non pas une occasion mais une multitude d’occasions pour entrer au Paradis. Ces occasions sont à la portée de tout un chacun.

    Le salut est d’abord une certitude pour quiconque confesse l’unicité de Dieu.

    Celui qui dit : La ilaha illa Allah (Il n’y a de Dieu qu’Allah) entrera au Paradis. (rapporté par Abu Daoud et Tirmidhi)

    En réponse à une question d’Abu Dharr, le Prophète (p) a dit : « Celui qui dit : Il n’y a de Dieu qu’Allah ira au Paradis, même s’il a forniqué et volé, interrogea Abu Dharr, oui, répondit le prophète, même s’il a forniqué et volé. Abu Dharr répéta trois fois cette question et le Prophète de répondre trois fois, puis la quatrième fois il a ajouté : n’en déplaise à Abu Dharr. » (rapporté par Muslim)

    « Celui qui fait la prière des deux froids « bardane » entrera au Paradis. » La prière des deux froids est la prière du fajr (matin) et ‘icha (soir), c’est-à-dire la première et la dernière prière (Bukhari, Muslim et Ahmad)

    « Quiconque rencontre Allah sans rien Lui associer, entrera au Paradis » Bukhari et Muslim

    « Allah a 99 noms, celui qui les apprend, une autre version : celui qui les mentionne, entrera au Paradis. » (Bukhari)

    Un homme est entré au Paradis pour avoir abreuvé un chien qui a failli mourir de soif (Bukhari)

    Le prophète a dit : « Tous les hommes entreront au Paradis sauf celui qui refuse. Et qui peut refuser, ô Messager de Dieu ? Le Prophète répondit : celui qui m’obéit est entré au Paradis et celui qui me désobéit a refusé » (Bukhari)

    « Celui qui prie douze Rak’as (unité de prière comprenant les quatre positions) en un jour et une nuit, aura comme récompense une maison au Paradis » (Muslim)

    « Celui qui emprunte un chemin en quête de savoir, Dieu lui facilite le chemin du Paradis » (Muslim)

    « Celui qui répète de bon cœur les termes de l’appel de la prière entrera au Paradis » (Abu Daoud)

    « Quiconque fait convenablement les ablutions et accomplit deux Rak’as de bon cœur, le Paradis lui est dû en récompense » (Abu Daoud)

    « Celui qui dit : « Subhan Allah wa bihamdihi » (Gloire et louange à Allah), un palmier lui sera planté au Paradis » (Tirmidhi)

    « Celui qui perd trois enfants impubères entrera au Paradis » (Bukhari et An-naçaï)

    « Celui qui meurt conscient qu’il y a de Dieu qu’Allah entrera au Paradis » (Muslim)

    « Quelqu’un a ôté du chemin une branche d’arbre gênant le passage est entré au Paradis » (Bukhari et Muslim)

    Allah réconforte :

    « Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui qui pardonne, le Très Miséricordieux » s39 v53

    Le Prophète (psl) a dit : « Lorsque Dieu créa le monde, Il écrivit dans un Livre placé auprès de Lui, au-dessus du Trône : « Ma miséricorde l’emporte sur Ma colère », on trouve dans une autre version « ..a vaincu Ma colère » ou « ...a précédé Ma colère » (Bukhari et Muslim)

    Anas a rapporté ce hadith qudsi où Dieu dit : « O fils d’Adam, tant que tu M’invoques et que tu M’implores, Je te pardonnerai quelles que soient tes fautes, sans y attacher plus d’importance. O fils d’Adam si tes péchés avaient atteint le sommet du ciel et que tu Me demandes pardon, Je te pardonnerai sans y prêter davantage attention. O fils d’Adam si la terre entière était remplie de tes péchés et que tu Me rencontres sans M’avoir associé qui que ce soit, Je t’accorderai un pardon à la mesure de tes péchés » (Tirmidhi)

    Abû Moussa al-Ash’ari rapporte du prophète (psl) : « Dieu, exalté soit-Il, tend Sa main de nuit pour permettre au pécheur du jour de se repentir, et Il tend Sa main de jour pour permettre au pécheur de la nuit de se repentir et ce jusqu’au jour où le soleil se lèvera de l’ouest (au jour du Jugement) » Muslim

    D’aucuns objecteront : à quoi servent les actes d’adoration comme la prière, le jeûne, l’aumône, puisque le Paradis est garanti.

    Les actes d’adoration sont une preuve d’obéissance et d’amour à l’égard de Dieu et aussi un moyen de se rapprocher de Lui. Cette proximité et cet amour vont déterminer notre place au Paradis. Le Paradis n’est pas un lieu homogène où tout le monde aura le même statut et mènera la même vie ; le Paradis est une diversité d’espaces immenses, de merveilles et de rangs. Or, plus on se rapproche de Dieu, plus on a de chance d’obtenir Ses faveurs et de gagner les hauts rangs.

    Dieu ne va pas accorder indistinctement la même place à ceux qui L’aiment et qui L’ont servi et à ceux qui ne L’ont pas servi. Il ne va pas mettre les prophètes et les martyrs avec les mécréants, ni les saints avec les brigands.

    Il y aura donc des rangs, des faveurs et des privilèges qui seront accordés aux uns et aux autres suivant la justice de Dieu qui tient compte des mérites de chacun. C’est pourquoi Jésus (Paix et Salut sur lui) a dit au jeune homme qui a déclaré avoir observé tous les commandements :

    « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi » Matthieu 19.21 ; Luc 18. 22

    Le Coran dit :

    « Regarde comment Nous favorisons certains sur d’autres. Et dans l’au-delà, il y a des rangs plus élevés et une supériorité plus grande encore » s17 v21


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:13, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    13. But et utilité de l’adoration

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:42

    13. But et utilité de l’adoration

    L’homme a été créé pour adorer Dieu.

    Allah dit ;

    « Je n’ai créé les Djinns et les Humains que pour qu’ils M’adorent. Je n’attends d’eux aucun don et Je n’attends pas d’eux qu’ils me nourrissent. C’est Dieu qui est le Dispensateur, le Détenteur de la force, l’inébranlable » les Ouragans s51 v56-58

    Dans un hadith qudsi, Dieu dit : « Mes serviteurs, Je ne vous ai pas créés pour que vous me teniez compagnie ni pour que vous peupliez ma solitude, ni pour que vous m’assistiez à des tâches que je ne pouvais accomplir seul, ni pour que vous M’apportiez un avantage ou que vous éloigniez de Moi un mal. Je ne vous ai créés que pour que vous M’adoriez longuement, pour que vous M’invoquiez souvent et pour que vous Me glorifiiez du matin au soir. »

    Tous les messagers ont appelé les hommes à adore Dieu et à ne pas Lui donner des associés. « Adorez Dieu, vous n’avez pas d’autre divinité que Lui » fut le credo de tous les messagers de Dieu.

    L’adoration est une preuve d’obéissance et d’amour. D’après Ibn Taymiyya, l’adoration ordonnée par Dieu comprend à la fois le sens de servitude et celui d’amour. Le plus haut degré de l’amour est l’esclavage ou la dévotion totale.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:14, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    14. Pourquoi doit-on aimer Dieu ?

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 3:44

    14. Pourquoi doit-on aimer Dieu ?

    1-L’amour de Dieu est une prédisposition naturelle. Sauf si l’homme se plaisait à se mettre en porte à faux avec sa propre nature ou si le Démon détournait à son profit l’amour de l’homme à l’égard de Dieu. Ibn Taymiyya a dit :

    « Le cœur, dans son essence même, éprouve le besoin de Dieu à deux niveaux : il éprouve le besoin de L’adorer...et il éprouve le besoin d’implorer son secours et de s’en remettre à Lui.. Le cœur ne sera point sain ni heureux, il ne sera point comblé ni réjoui, il ne connaîtra pont le plaisir ni la sérénité, s’il ne peut vouer à son Seigneur un culte exclusif, L’aimer et se tourner vers Lui. Quand bien même tous les plaisirs possibles lui seraient dispensés, il ne connaîtrait ni paix ni sérénité, car il contient une aspiration instinctive vers Dieu qui est l’objet de son adoration, de son amour et de son désir. C’est cela qui lui procurera le plaisir et la joie, la satisfaction et le bonheur, la paix et la sérénité. »

    2-Du fait que Dieu est au sommet de toutes les échelles de valeurs. Toutes les qualités de l’excellence et de la perfection se trouvent réunies en Lui. Et Il en est la Source. On peut aimer quelqu’un seulement pour sa beauté ou pour son héroïsme ou pour sa bonté ou pour son génie ou sa performance technique, intellectuelle, artistique. Or, Dieu est l’Être Suprême en tous Ses attributs. Il est superbement Beau, Puissant, Parfait, Savant, Absolu. Il est au-dessus du génie, des talents, des aptitudes, de toutes les mesures et de tous les critères que l’on connaît. Il possède -si j’ose dire- les plus hautes performances dans tous les domaines. ‘‘A Dieu s’appliquent les comparaisons les plus élevées’’. Ce qui Le rend digne de notre amour, de notre admiration, de notre respect et de notre adoration.

    3-Parce que tout ce que l’homme aime et désire, à savoir la beauté, la vie, la richesse, la puissance, le pardon, le Paradis, le Salut, le bonheur, dépend de Dieu et de Son pouvoir. S’il arrive que l’homme n’aime pas Dieu c’est qu’il ne Le connaît pas ou il Le connaît mal car l’idéal vers lequel tend tout homme, les bienfaits et les biens que tout homme désire se trouvent entre les mains de Dieu et Il en est le Seul Dispensateur.

    Le Jihad dans la voie de Dieu est une preuve de l’amour de Dieu. Car le Jihad implique le sacrifice de soi ou le sacrifice de ce qu’on aime pour Dieu. Cet amour poussa Abraham à oser sacrifier son fils mais Dieu fut tellement Compréhensif et Miséricordieux à l’égard d’Abraham qu’il refusa le sacrifice de l’enfant et le remplaça par un bélier.

    L’amour ne s’accomplit que s’il englobe à la fois la crainte et l’espoir.

    4-L’adoration de Dieu est un devoir. Beaucoup de gens, notamment les Soufis, déclarent adorer Dieu ni par crainte de son châtiment ni par espoir de Son Paradis. Ils prétendent L’adorer seulement par amour. Selon eux, l’amour de Dieu est un devoir pour lequel il ne doit pas y avoir de contrepartie. Ce serait un amour basé sur l’intérêt. Le devoir impose d’adorer Dieu de manière totalement désintéressée, disent-ils. Certains savants ont critiqué cette attitude s’appuyant sur l’exemple des prophètes, des vertueux et des véridiques qui adoraient Dieu par crainte et par espoir. Ils invoquent ce verset du Coran :

    « Ils s’arrachent de leur lit pour invoquer leur Seigneur par crainte et espoir » As-sajda 32.16

    « Ils espèrent Sa miséricorde et craignent Son châtiment » al-Isra 17.57

    L’homme a naturellement besoin de Dieu à tous points de vue. Nul ne peut se suffire à lui-même ; l’élément le plus précieux dont tout un chacun a besoin et que seul Dieu peut nous accorder est la vie. L’aspiration à la vie est un penchant naturel en l’homme. La crainte va de pair avec l’espoir. Qui ne craint pas le danger, l’horreur, l’accident, la maladie, le châtiment ? Comme l’espoir, la crainte est une chose innée. Et Dieu seul peut nous mettre à l’abri du danger et du châtiment. Si nous ne craignons pas Dieu, cela sous-entend que nous sommes parfaits, que nous n’avons ni péchés ni besoins pour solliciter le secours de Dieu. C’est une conception erronée. D’où l’erreur des chrétiens bercés par l’idée du salut de la même manière que les Soufis et leur fausse conception de l’amour. Il y a lieu de rappeler un hadith du prophète qui dit :

    « L’intelligent est celui qui amende son âme et œuvre pour ce qui vient après la mort tandis que l’impuissant est celui dont l’âme suit sa passion et qui se berce de faux espoirs en Allah »

    Tellement méfiant, le Calife Omar disait : Si un appel est lancé pour dire que tout le monde entrera au Paradis sauf un, je penserais que c’est moi la personne qui n’y entrera pas »

    Cet état d’esprit peut aussi conduire à faire ce qui ne plait pas à Dieu, voire le défier en faisant tout ce qui est mal.

    Ainsi, plus se développe le sentiment de crainte et d’espoir, plus l’amour s’accroît. Plus la servitude et la soumission du cœur augmentent plus l’adoration devient une jouissance. A ce stade de la foi et de l’amour, l’adoration ne devient plus une contrainte de soumission ou d’obéissance mais un réel plaisir. Rappelons que l’adoration a d’autres objectifs, en plus du fait qu’elle constitue une preuve d’obéissance et d’amour :

    1- l’adoration est un moyen de purification pour la vie éternelle

    L’entrée au Paradis exige une purification préalable afin que les hommes puissent voir Dieu et s’entretenir avec Lui. Pour ce faire, il faut qu’ils soient purifiés.

    2- l’adoration est un moyen permettant de se rapprocher de Dieu ; or se rapprocher de Dieu veut dire gravir des échelons dans l’au-delà, donc gagner les hauts lieux du Paradis


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:15, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    15. Contradictions, horreurs et immoralité dans la Bible

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:02

    15. Contradictions, horreurs et immoralité dans la Bible

    La Bible est pleine de contradictions et d’erreurs. Elle prône la violence, le racisme et l’esclavage. Elle incite à tuer même les femmes et les bébés.

    C’est le seul livre dans le monde qui incite à tuer les enfants.

    Le Dieu de la Bible est un Dieu cruel, vindicatif, impitoyable, qui fait des erreurs et qui passe son temps à se repentir, à tout recommencer.

    La Bible est une extraordinaire litanie d’ordres de tuer, d’anéantir, de massacrer hommes, femmes, enfants, bétails, de ne laisser la vie à rien qui respire. Les meurtres et les incendies de villes et de villages, de biens et de cheptels se comptent à presque toutes les pages, les sacrifices d’humains et même des infanticides par milliers sont attribués à l’Eternel Dieu, Yahvé. Le racisme meurtrier, l’esclavage, l’usure y sont bénis par l’Eternel Dieu en de multiples endroits.

    En matière de sexualité, la Bible n’a rien à envier aux romans les plus obscènes. Un livre entier de la Bible, le Cantique des cantiques de Salomon, dépeint sans ambiguïté la stimulation visuelle érotique, la séduction verbale et la consommation physique de l’acte charnel.

    Les récits d’actes dépravés proposés dans la Bible comportent plusieurs éléments de similitude avec des séquences lubriques de bon nombre de films.

    Des cas d’inceste, d’adultère et de viol sont attribués à des prophètes et à leurs familles.

    Il est inconcevable que ces erreurs, ces obscénités, ces massacres, cette cruauté soient imputées à Dieu, l’Omniscient, l’Infaillible, le Miséricordieux.

    15.1 Débauche et inceste

    Des pratiques indécentes comme l’inceste et la débauche trouvent leur fondement dans la Bible. Il n’est pas étonnant que la perversion sexuelle se développe outrageusement en occident, du fait que la Bible constitue une culture de base, un exemple et une justification implicite en la matière.

    a) Les filles de Lot couchent avec leur père

    « Lot quitta Tsoar pour la hauteur, et se fixa sur la montagne avec ses deux filles [...] L’aînée dit à la plus jeune : Notre père est vieux ; et il n’y a point d’homme dans la contrée, pour venir vers nous, selon l’usage de tous les pays. Viens, faisons boire du vin à notre père, et couchons avec lui, afin que nous conservions la race de notre père. Elles firent donc boire du vin à leur père cette nuit-là ; et l’aînée alla coucher avec son père : il ne s’aperçut ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva. Le lendemain, l’aînée dit à la plus jeune : Voici, j’ai couché la nuit dernière avec mon père ; faisons-lui boire du vin encore cette nuit, et va coucher avec lui, afin que nous conservions la race de notre père. Elles firent boire du vin à leur père encore cette nuit-là ; et la cadette alla coucher avec lui : il ne s’aperçut ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva. Les deux filles de Lot devinrent enceintes de leur père. L’aînée enfanta un fils, qu’elle appela du nom de Moab : c’est le père des Moabites jusqu’à ce jour. La plus jeune enfanta aussi un fils, qu’elle appela du nom de Ben Ammi : c’est le père des Ammonites, jusqu’à ce jour » Genèse 19.30-38

    Il est à noter que les Moabites et les fils d’Ammon étaient les ennemis des fils d’Israël, c’est probablement à cause de cela qu’on voulut les discréditer.

    b) viol de la fille de Jacob

    « Dina, la fille que Léa avait enfantée à Jacob, sortit pour voir les filles du pays. Elle fut aperçue de Sichem, fils de Hamor, prince du pays. Il l’enleva, coucha avec elle, et la déshonora » Genèse 34.1-3

    c) Juda, fils de Jacob coucha avec sa belle fille Tamar

    Juda prit Tamar pour une prostituée et il coucha avec elle. Elle devint enceinte de lui et accoucha de deux jumeaux appelés Pérets et Zérach (genèse 38.5-30).

    Selon Matthieu 1.3-6, Pérets est un des grands-parents de David et de Jésus Christ.

    La Bible dit :

    « Celui qui est issu d’une union illicite n’entrera point dans l’assemblée de l’Eternel ; même sa dixième génération n’entrera point dans l’assemblée de l’Eternel » Deutéronome 23.2

    David devrait être exclu de l’assemblée de l’Eternel à cause de l’union illégitime de Juda et de sa belle fille Tamar selon les enseignements de la Bible.

    Juda échappa par miracle à cette prescription de Lévitique 20:12 « Si un homme couche avec sa belle-fille, ils seront tous deux punis de mort ; ils ont fait une confusion : leur sang retombera sur eux. »

    d) Viol de la fille de David par son frère Amnon

    Amnon, fils de David, tomba amoureux de sa sœur Tamar. Il fit le malade et exigea que sa sœur Tamar vienne dans sa maison pour lui préparer à manger. Quand elle alla chez lui, il la viola (2 Samuel 13.1-15)

    e) Viol des concubines de David par son fils Absalom

    « On dressa pour Absalom une tente sur le toit, et Absalom alla vers les concubines de son père, aux yeux de tout Israël. » 2 Samuel 16.22

    15.2 La Bible enseigne la perversion et l’adultère

    a) David commit l’adultère avec Bath-Schéba, la femme de son soldat Urie, le Héthien (2 Samuel 11.4)

    « Que l’on cherche pour mon seigneur le roi une jeune fille vierge ; qu’elle se tienne devant le roi, qu’elle le soigne et qu’elle couche dans ton sein ; et mon seigneur le roi se réchauffera » 1Rois 1.2

    b) Au regard de la Bible, l’absence du mari est une occasion pour sa femme de le tromper

    « J’ai orné mon lit de couvertures, de tapis de fil d’Egypte ; j’ai parfumé ma couche de myrrhe d’aloès et de cinnamome, viens, enivrons-nous d’amour jusqu’au matin, livrons-nous joyeusement à la volupté. Car mon mari n’est pas à la maison, il est parti pour un voyage lointain » Proverbes 7.16-19

    « Ta femme se prostitue dans la ville... » Amos 7.16

    c) Le vin et l’érotisme sont l’objet de larges développements dans la bible.

    En principe, Dieu ordonne aux hommes de L’adorer avec Sa parole. La question se pose donc de savoir si on pouvait L’adorer avec des paroles obscènes ?

    « Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour vaut mieux que le vin » Cantique 1.2

    « Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, qui repose entre mes seins » Cantique 1.13

    « Car je suis malade d’amour ; que sa main gauche soit sous ma tête, et que sa droite m’embrasse ! » Cantique 2.6

    « Sur mon lit, au long de la nuit, je cherche celui que j’aime... Il faut que je me lève et que je fasse le tour de la ville ; dans les rues et les places, que je cherche celui que j’aime...Je le saisis et ne lâcherai pas que je ne l’ai fait entrer chez ma mère...Je vous conjure, filles de Jérusalem...N’éveillez pas, ne réveillez pas mon amour » Cantique 3.1-5

    « Tes lèvres distillent le miel, ma fiancée ; il y a sous ta langue du miel et du lait » Cantique 4.10

    « Il m’a fait entrer dans la maison du vin ; Et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour. » Cantique 2.4

    « Que tes pieds sont beaux dans ta chaussure, fille de prince ! Les contours de ta hanche sont comme des colliers, œuvre des mains d’un artiste. Ton sein est une coupe arrondie, où le vin parfumé ne manque pas, ton corps est un tas de froment, entouré de lis, tes deux seins sont comme deux faons, comme les jumeaux d’une gazelle. Ton cou est comme une tour d’ivoire...Que tu es belle, que tu es agréable, o mon amour, au milieu des délices ! Ta taille ressemble au palmier, et tes seins à des grappes. Je me dis : je monterai sur le palmier, j’en saisirai les rameaux...Et ta bouche comme un vin excellent...Viens mon bien-aimé, sortons dans les champs » Cantique 7.2-12

    « Je suis un mur, Et mes seins sont comme des tours ; J’ai été à ses yeux comme celle qui trouve la paix. » Cantique 8:10

    d) La comparaison par la débauche

    Les villes de Samarie et Jérusalem sont assimilées à deux prostituées du nom d’Ohola et d’Oholiba qui ont couché avec les chefs et les soldats d’Assyrie ; elles se sont souillées en se livrant à des prostitutions avec des impudiques dont le membre était comme celui des ânes et l’effusion de semence était comme celle des chevaux :

    « Il y avait deux femmes, fille d’une même mère. Elles se sont prostituées en Egypte, elles se sont prostituées dans leur jeunesse ; Là leurs mamelles ont été pressées, là leur sein virginal a été touché. L’aînée s’appelait Ohola, et sa sœur Oholiba...Ohola, c’est Samarie ; Oholiba, c’est Jérusalem.

    Ohola me fut infidèle ; elle s’enflamma pour ses amants, les Assyriens ses voisins, vêtus d’étoffes teintes en bleu, gouverneurs et chefs, tous jeunes et charmants, cavaliers montés sur des chevaux. Elle s’est prostituée à eux, à toute l’élite des enfants de l’Assyrie ; elle s’est souillée avec tous ceux pour lesquels elle s’était enflammée... Elle n’a pas renoncé à ses prostitutions d’Egypte ; car ils avaient couché avec elle dans sa jeunesse, ils avaient touché son sein virginal, et ils avaient répandu sur elle leurs prostitutions ...Ils ont découvert sa nudité. Sa sœur Oholiba vit cela, et fut plus déréglée qu’elle dans sa passion ; ses prostitutions dépassaient celles de sa sœur...Elle alla même plus loin dans ses prostitutions...Et les enfants de Babylone se rendirent auprès d’elle, pour partager le lit des amours, et ils la souillèrent par leurs prostitutions, elle s’est souillée avec eux...Elle a mis à nu son impudicité, elle a découvert sa nudité...Elle a multiplié ses prostitutions , en pensant aux jours de sa jeunesse, lorsqu’elle se prostituait au pays d’Egypte. Elle s’est enflammée pour des impudiques, dont le membre était comme celui des ânes, et l’effusion de semence était comme celle des chevaux. Tu es revenue à l’impudicité de ta jeunesse, quand les Egyptiens tripotaient tes seins, pelotant ta poitrine de jeune fille » Ezéchiel 23.2-21

    « Insatiable, tu t’es prostituée aux fils d’Assour faute d’être rassasiée, tu t’es prostituée à eux et tu ne fus pas davantage rassasiée. Alors tu as multiplié tes débauches dans un pays de marchands, en Chaldée ; même avec ceux-là tu ne fus pas davantage rassasiée...Tu n’as pas fait comme les prostituées : tu dédaignais le salaire. La femme adultère, au lieu de son mari, prend des étrangers. A toutes les prostituées on fait un cadeau ; mais c’est toi qui a fait ce cadeau à tous tes amants. Tu les as soudoyés, pour qu’ils viennent vers toi de partout, se débaucher avec toi. Toi, dans tes débauches, tu as fait à l’inverse des autres femmes ; tu n’étais pas recherchée comme prostituée ; or en donnant un salaire sans en recevoir, tu as inversé les rôles.

    Prostituée, écoute donc la parole du Seigneur : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Parce que ton sexe a été découvert et que ta nudité a été dévoilée, au cours de tes débauches avec tes amants et toutes tes idoles abominables...Je vais rassembler tous les amants auxquels tu as plu, tous ceux que tu as aimés, outre ceux que tu as haïs ; je les rassemblerai contre toi de partout, je dévoilerai devant eux ta nudité ; ils verront toute ta nudité. Je t’applique le châtiment des femmes adultères. Je te mettrai en sang par ma fureur et ma jalousie. Je te livre entre leurs mains...aux yeux d’une multitude de femmes ; je mettrai fin à ta vie de prostituée » Ezéchiel 16.1-41


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:16, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:03

    15.3 Horreurs et massacres

    Les ennemis d’Israël sont l’objet de traitements cruels et inhumains dans la Bible. Sur ordre de l’Eternel, des peuples entiers sont massacrés, des villes incendiées, des biens livrés au pillage ; En bref, l’ordre fut donné de supprimer la vie à toute personne et à tout animal. Tout est voué à la destruction à l’exception des jeunes vierges lesquelles sont laissées en vie pour des raisons que l’on connaît.

    « Tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui ; mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu de couche d’un homme » Nombres 31.17-18

    Ici, une question se pose d’elle-même : Comment pouvaient-ils distinguer la vierge de celle qui n’est pas vierge ? Le moins que l’on puisse dire est qu’il est inconcevable que cette terreur soit inspirée par Dieu.

    Une dot spéciale est exigée pour le mariage de David avec la princesse Mical : il s’agit de cent prépuces de Palestiniens (1 Samuel 18.20-30)

    Et avant le terme fixé, David apporta le double de ce qui lui est demandé :

    « David se leva, partit avec ses gens, et tua deux cents hommes parmi les Philistins ; il apporta leurs prépuces, et en livra au roi le nombre complet, afin de devenir gendre du roi » 1 Samuel 18.27

    « Maudit soit celui qui éloigne son épée du carnage ! » Jérémie 48.10

    « Nous avons lancé sur eux nos traits : De Hesbon à Dibon tout est détruit ; Nous avons étendu nos ravages jusqu’à Nophach, Jusqu’à Médeba. » Nombre 21.30

    « Ils s’avancèrent contre Madian, selon l’ordre que l’Éternel avait donné à Moïse ; et ils tuèrent tous les mâles. » Nombre 31.7

    « Ils tuèrent les rois de Madian avec tous les autres, Évi, Rékem, Tsur, Hur et Réba, cinq rois de Madian ; ils tuèrent aussi par l’épée Balaam, fils de Beor. » Nombres 31.8

    « Alors tu frapperas du tranchant de l’épée les habitants de cette ville, tu la dévoueras par interdit avec tout ce qui s’y trouvera, et tu en passeras le bétail au fil de l’épée » Deutéronome 13.15

    « Et après que l’Eternel, ton Dieu, l’aura livrée entre tes mains, tu en feras passer tous les mâles au fil de l’épée...Tu ne laisseras la vie à rien qui respire... » Deutéronome 20.13-16

    « Tu prends pour toi les femmes et le bétail » Deutéronome 20.14

    « Ils s’emparèrent de la ville, et ils dévouèrent par interdit, au fil de l’épée, tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu’aux bœufs, aux brebis et aux ânes [...] Ils brûlèrent la ville et tout ce qui s’y trouvait » Josué 6.20-24

    « Et ils dévouèrent par interdit, au fil de l’épée, tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu’aux boeufs, aux brebis et aux ânes. » Josué 6.21

    « Les gens d’Aï leur tuèrent environ trente-six hommes ; ils les poursuivirent depuis la porte jusqu’à Schebarim, et les battirent à la descente. Le peuple fut consterné et perdit courage. » Josué 7.5

    « Lorsque Israël eut achevé de tuer tous les habitants d’Aï dans la campagne, dans le désert, où ils l’avaient poursuivi, et que tous furent entièrement passés au fil de l’épée, tout Israël revint vers Aï et la frappa du tranchant de l’épée. » Josué 8.24

    « Josué battit tout le pays, la montagne, le midi, la plaine et les coteaux, et il en battit tous les rois ; il ne laissa échapper personne, et il dévoua par interdit tout ce qui respirait, comme l’avait ordonné l’Éternel, le Dieu d’Israël. » Josué 10.40

    « On frappa du tranchant de l’épée et l’on dévoua par interdit tous ceux qui s’y trouvaient, il ne resta rien de ce qui respirait, et l’on mit le feu à Hatsor. » Josué 11.11

    « Les enfants d’Israël gardèrent pour eux tout le butin de ces villes et le bétail ; mais ils frappèrent du tranchant de l’épée tous les hommes, jusqu’à ce qu’ils les eussent détruits, sans rien laisser de ce qui respirait. » Josué 11.14

    « Les fils de Juda attaquèrent Jérusalem et la prirent, ils la frappèrent du tranchant de l’épée et mirent le feu à la ville. » Juges 1.8

    « Abimélec attaqua la ville pendant toute la journée ; il s’en empara et tua le peuple qui s’y trouvait. Puis il rasa la ville et y sema du sel » Juges 9.45

    « Ils enlevèrent ainsi ce qu’avait fait Mica et emmenèrent le prêtre qui était à son service, et ils tombèrent sur Laïs, sur un peuple tranquille et en sécurité ; ils le passèrent au fil de l’épée, et ils brûlèrent la ville. » Juges 18.27

    « L’Éternel battit Benjamin devant Israël, et les enfants d’Israël tuèrent ce jour-là vingt-cinq mille et cent hommes de Benjamin, tous tirant l’épée. » Juges 20.35

    « Parmi ceux qui tournèrent le dos pour s’enfuir vers le désert au rocher de Rimmon, les hommes d’Israël en firent périr cinq mille sur les routes ; ils les poursuivirent jusqu’à Guideom, et ils en tuèrent deux mille. » Juges 20. 45

    « Les hommes d’Israël revinrent vers les fils de Benjamin, et ils les frappèrent du tranchant de l’épée, depuis les hommes des villes jusqu’au bétail, et tout ce que l’on trouva. Ils mirent aussi le feu à toutes les villes qui existaient. » Juges 20.48

    « Et tu feras mourir hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes »1Samuel 15.3

    « Il prit vivant Agag, roi d’Amalek, et il dévoua par interdit tout le peuple en le passant au fil de l’épée. » 1Samuel 15.8

    « Il (David) battit les Moabites, et les mesura avec un cordeau, en les faisant coucher par terre ; il en mesura deux cordeaux pour les livrer à la mort, et un plein cordeau pour leur laisser la vie. Et les Moabites furent assujettis à David, et lui payèrent un tribut...Il coupa les jarrets à tous les chevaux de traits, et ne conserva que cent attelages » 2 Samuel 8.2-4

    « Il brandit sa lance sur huit cents hommes, qu’il fit périr en une seule fois » 2 Samuel 23.8

    « Lorsqu’il fut roi, il frappa toute la maison de Jéroboam, il n’en laissa échapper personne et il détruisit tout ce qui respirait, selon la parole que l’Éternel avait dite par son serviteur Achija de Silo » 1Rois 15.29

    « L’Éternel battit Benjamin devant Israël, et les enfants d’Israël tuèrent ce jour-là vingt-cinq mille et cent hommes de Benjamin, tous tirant l’épée. » 1Rois 20.29

    « Il brandit sa lance sur trois cents hommes et il les tua » 1Chroniques 11.20

    « Il (David) fit sortir les habitants, et les mit en pièces avec des scies, des herses de fer et des haches ; il traita de même toutes les villes des fils d’Ammon » 1Chroniques 20.3

    « Les Juifs frappèrent à coups d’épée tous leurs ennemis, ils les tuèrent et les firent périr ; ils traitèrent comme il leur plut ceux qui leur étaient hostiles. » Esther 9.5

    « Dans Suse, la capitale, les Juifs tuèrent et firent périr cinq cents hommes, » Esther 9.6

    « Et les Juifs qui se trouvaient à Suse se rassemblèrent de nouveau le quatorzième jour du mois d’Adar et tuèrent dans Suse trois cents hommes. » Esther 9.15

    « Les autres Juifs qui étaient dans les provinces du roi se rassemblèrent et défendirent leur vie ; ils se procurèrent du repos en se délivrant de leurs ennemis, et ils tuèrent soixante-quinze mille de ceux qui leur étaient hostiles. » Esther 9.16

    « Heureux qui saisit tes enfants et les écrase sur le roc » Psaume 137.9

    « Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes » Ezéchiel 9.6

    « Leurs petits enfants seront écrasés, et l’on fendra le ventre de leurs femmes » Osée 13.16

    15.4 Absurdités

    « Il battit six cents hommes des Philistins avec un aiguillon à bœufs » Juges 3.31

    « Samson s’en alla. Il attrapa trois cents renards, et prit des flambeaux ; puis il tourna queue contre queue, et mit un flambeau entre deux queues, au milieu, il alluma les flambeaux, lâcha les renards dans les blés des Philistins, et embrasa les tas de gerbes, le blé sur pied, et jusqu’aux plantations d’oliviers » Juges 15.4-5

    « Il trouva une mâchoire d’âne fraîche, il étendit sa main pour la prendre, et il en tua mille hommes » Juges 15.15

    « En ce jour-là, l’Eternel sifflera les mouches qui sont à l’extrémité des canaux de l’Egypte, et les abeilles qui sont au pays d’Assyrie » Esaïe 7.18

    « Et le roi lui dit : Qu’as-tu ? Elle répondit : Cette femme-là m’a dit : Donne ton fils ! Nous le mangerons aujourd’hui, et demain nous mangerons mon fils. Nous avons fait cuire mon fils, et nous l’avons mangé. Et le jour suivant, je lui ai dit : Donne ton fils, et nous le mangerons. Mais elle a caché son fils ». 2Rois 6.28-30

    « Dieu ne put chasser les habitants de la plaine parce qu’ils avaient des chars de fer » Juges 1.19

    « Dieu se repentit d’avoir fait l’homme » Genèse 6.6

    « Je ne maudirai plus la terre à cause de l’homme car les pensées de l’homme sont mauvaises dès sa jeunesse.. » Genèse 8.20-22

    « Je me repens d’avoir fait roi Saül.. » 1 Samuel 10.15

    « Comme l’ange étendit la main sur Jérusalem pour la détruire, l’Eternel se repentit de ce mal... » 2 Samuel 24.16

    « L’Eternel se repentit de cela » Amos 7.1-3

    « Dieu a fait se prosterner les nations devant les juifs » Esaïe 49.22

    « Tu mangeras des gâteaux d’orge, que tu feras cuir en leur présence avec des excréments humains » Ezéchiel 4.12

    Dieu aime les holocaustes. Tous les livres de l’AT regorgent d’holocaustes : Genèse 4.3-6 ; Genèse 8.20-21 ; Exode 29.18 ; Exode 29. 41 ; Lévitique 1.9 ; Lévitique 1.13 ; Lévitique 4.31

    Jésus monté sur deux ânes :

    « Ils amenèrent l’ânesse et l’ânon, mirent sur eux leurs vêtements, et le firent asseoir dessus. » Matthieu 21.7

    15.5 Racisme et esclavage dans la Bible

    « Si elle accepte la paix tout le peuple te sera asservi (esclaves) » Dt 20.11

    « C’est des nations qui vous entourent que tu prendras ton esclave et ta servante qui t’appartiendront...Vous pourrez aussi en acheter des enfants des étrangers qui demeureront chez toi, et de leurs familles qu’ils engendreront dans votre pays ; et ils seront votre propriété... Vous les garderez comme esclaves à perpétuité » Lévitique 25.44-46

    « Et il dit : Maudit soit Canaan ! Qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères ! » Genèse 9:25

    « Si un homme vend sa fille pour être esclave, elle ne sortira point comme sortent les esclaves. » Exode 21.7

    « Car ce sont mes serviteurs, que j’ai fait sortir du pays d’Égypte ; ils ne seront point vendus comme on vend des esclaves. » Lévitique 25.42

    « Tu pourras tirer un intérêt de l’étranger, mais tu n’en tireras point de ton frère, afin que l’Eternel ton Dieu te bénisse... » Deutéronome 23.20

    « Seigneur, secours-moi ! Il répondit : Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres » Matthieu 15.26-27 ; Marc 7.27-28

    Les enfants sont les Israélites ; les chiens, animaux impurs, représentent les autres, les non juifs, les gentils.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:17, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:06

    16.6 Dieu est-il cuisinier ?

    « Elle sera préparée à la poêle avec de l’huile, et tu l’apporteras frite ; tu la présenteras aussi cuite et en morceaux comme une offrande d’une agréable odeur à l’Éternel. » Lévitique 6.14

    « Le sacrificateur prélèvera une poignée de la fleur de farine et de l’huile, avec tout l’encens ajouté à l’offrande, et il brûlera cela sur l’autel comme souvenir d’une agréable odeur à l’Eternel » Lévitique 6.8, 21

    « Il lava avec de l’eau les entrailles et les jambes, et il brûla tout le bélier sur l’autel : ce fut l’holocauste, ce fut un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel, comme l’Éternel l’avait ordonné à Moïse. » Lévitique 8.21, 28

    « Le sacrificateur en répandra le sang sur l’autel de l’Eternel, à l’entrée de la tente d’assignation ; et il brûlera la graisse, qui sera d’une agréable odeur à l’Eternel. » Lévitique 17.6

    « Vous y joindrez une offrande de deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l’huile, comme offrande consumée par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel ; et vous ferez une libation d’un quart de hin de vin. » Lévitique 23.13

    « Si ton offrande est un gâteau cuit à la poêle, il sera de fleur de farine pétrie à l’huile, sans levain. » Lévitique 2.5

    « Toute offrande cuite au four, préparée sur le gril ou à la poêle, sera pour le sacrificateur qui l’a offerte. » Lévitique 7.9

    « Tu prendras toute la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure, et tu brûleras cela sur l’autel. » Exode 29.13

    « Tu prendras la graisse du bélier, la queue, la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure, et l’épaule droite, car c’est un bélier de consécration ; » Exode 29.22

    « Les sacrificateurs, fils d’Aaron, poseront les morceaux, la tête et la graisse, sur le bois mis au feu sur l’autel. » Lévitique 1.8

    « Il le coupera par morceaux ; et le sacrificateur les posera, avec la tête et la graisse, sur le bois mis au feu sur l’autel. » Lévitique 1.12

    « Les deux rognons, et la graisse qui les entoure, qui couvre les flancs, et le grand lobe du foie, qu’il détachera près des rognons. » Lévitique 3.4

    « De ce sacrifice d’actions de grâces, il offrira en sacrifice consumé par le feu devant l’Éternel : la graisse, la queue entière, qu’il séparera près de l’échine, la graisse qui couvre les entrailles et toute celle qui y est attachée » Lévitique 3.9

    « Les deux rognons, et la graisse qui les entoure, qui couvre les flancs, et le grand lobe du foie, qu’il détachera près des rognons. » Lévitique 3.10

    « Les deux rognons,et la graisse qui les entoure, qui couvre les flancs, et le grand lobe du foie, qu’il détachera près des rognons. » Lévitique 3.15

    « Le sacrificateur brûlera cela sur l’autel. Toute la graisse est l’aliment d’un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel. » Lévitique 3.16

    « Il enlèvera toute la graisse du taureau expiatoire, la graisse qui couvre les entrailles et toute celle qui y est attachée » Lévitique 4.8

    « Fais, avec de la fleur de farine de froment, des pains sans levain, des gâteaux sans levain pétris à l’huile, et des galettes sans levain arrosées d’huile. » Exode 29.2

    « Tu offriras, avec le premier agneau, un dixième d’épha de fleur de farine pétrie dans un quart de hin d’huile d’olives concassées, et une libation d’un quart de hin de vin. » Exode 29.40

    « Lorsque quelqu’un fera à l’Éternel une offrande en don, son offrande sera de fleur de farine ; il versera de l’huile dessus, et il y ajoutera de l’encens. » Lévitique 2.1

    « Il l’apportera aux sacrificateurs, fils d’Aaron ; le sacrificateur prendra une poignée de cette fleur de farine, arrosée d’huile, avec tout l’encens, et il brûlera cela sur l’autel comme souvenir. C’est une offrande d’une agréable odeur à l’Éternel. » Lévitique 2.2

    « Si tu fais une offrande de ce qui est cuit au four, qu’on se serve de fleur de farine, et que ce soient des gâteaux sans levain pétris à l’huile et des galettes sans levain arrosées d’huile. » Lévitique 2.4

    « Si ton offrande est un gâteau cuit à la poêle, il sera de fleur de farine pétrie à l’huile, sans levain. » Lévitique 2.5

    « Si ton offrande est un gâteau cuit sur le gril, il sera fait de fleur de farine pétrie à l’huile. » Lévitique 2.7

    « S’il n’a pas de quoi se procurer deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, il apportera en offrande pour son péché un dixième d’épha de fleur de farine, comme offrande d’expiation ; il ne mettra point d’huile dessus, et il n’y ajoutera point d’encens, car c’est une offrande d’expiation. » Lévitique 5.11

    15.7 Contradictions et invraisemblances

    La Bible contient des contradictions et des invraisemblances qui ne peuvent s’expliquer que par leur origine humaine, car Dieu ne se contredit pas et ne se trompe pas.

    On y trouve :

    Des contradictions entre Genèse 1.3-5 sur la création de la lumière le premier jour et Genèse 1.14-19 la création de la lumière le quatrième jour.

    Des contradictions entre le premier chapitre de la Genèse selon lequel Dieu créa d’abord les animaux, puis l’homme et la femme, et le deuxième chapitre du même livre où il est précisé que Dieu créa l’homme d’abord, puis les animaux, puis la femme.

    Des contradictions entre Genèse 2.3 « Dieu se reposa » et Esaïe 40.28

    « Il ne se fatigue point, Il ne se lasse point »

    Des contradiction entre Genèse 3.9 « Mais l’Eternel Dieu appela l’homme et lui dit : Où es-tu ? » et Proverbes 15.3 « Les yeux de l’Eternel sont en tout lieu observant les méchants et les bons »

    D’après Genèse 5.23,24 Hénoc monta au ciel de même que Elie est monté au ciel selon 2Rois 2.1-11, ces deux passages sont en contradiction avec cette parole de Jean « personne n’est monté au ciel si ce n’est celui qui est descendu du ciel » Jean 3.13

    Des contradictions entre l’âge de l’homme cent vingt ans, décrété en Genèse 6.3 et l’âge de Noé neuf cent cinquante ans (Genèse 9.29) et Genèse 11.10-26 où sont mentionnés des âges de plusieurs centaines d’années.

    Selon Genèse 6.6,7 « l’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre » et Exode 32.14 « L’Eternel se repentit du mal », et 1Samuel 15.35 « l’Eternel se repentait d’avoir établi Saül roi d’Israël », ces passages sont en contradiction avec cette parole : « Dieu n’est point un homme pour mentir ni fils d’un homme pour se repentir » Nombres 23.19

    Genèse 6.19-20 « tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espèce. Il y aura un mâle et une femelle » et Genèse 7.8-9 un mâle et une femelle de chaque espèce animale pure et impure est en contradiction avec Genèse 7.2-3 « Tu prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa femelle ; une paire des animaux qui ne sont pas purs, le mâle et sa femelle »

    Genèse 10.24 Arpachschad engendra Schélach ; et Schélach engendra Héber, la même chose en Genèse 11.12-14 24 Arpachschad engendra Schélach ; et Schélach engendra Héber, la même chose en 1 Chroniques 1.18 24 Arpachschad engendra Schélach ; et Schélach engendra Héber, en contradiction avec Luc 3.38 « Eber fils de Sala, fils de Kainam, fils d’Arphaxad »

    Selon Genèse 11.5 « l’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes », en contradiction avec 2 Chroniques 16.9 « Car l’Eternel étend ses regards sur toute la terre »

    Genèse 14.12 « Lot, fils du frère d’Abram » en contradiction avec genèse 14.14 où Lot est le frère d’Abram.

    Genèse 15.13 « sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux ; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans » en contradiction avec Exode 12.40 « le séjour des enfants d’Israël en Égypte fut de quatre cent trente ans »

    Genèse 18.20-21 « Le cri contre Sodome et Gomorrhe s’est accru, et leur péché est énorme. C’est pourquoi je vais descendre, et je verrai s’ils ont agi entièrement selon le bruit venu jusqu’à moi ; et si cela n’est pas je le saurai » en contradiction avec Psaumes 139.3 « Tu pénètres de loin ma pensée ; tu sais quand je marche et quand je me couche, et tu pénètres toutes mes voies » et en contradiction aussi avec 2 Chroniques 16.9 « Car l’Eternel étend ses regards sur toute la terre »


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:19, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:06

    Genèse 20.12 Abraham épousa Sara sa sœur, fille de son Père en contradiction avec Lévitique 18.9 « tu ne découvriras point la nudité de ta sœur, fille de ton père ou fille de ta mère, née dans la maison ou née hors de la maison » et en contradiction avec Lévitique 20.17 « Si un homme prend sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère, s’il voit sa nudité et qu’elle voit la sienne, c’est une infamie ; ils seront retranchés sous les yeux des enfants de leur peuple » et en contradiction avec Deutéronome 27.22 « maudit soit celui qui couche avec sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère !- Et tout le peuple dira : Amen ! »

    D’après Genèse 32.30 Jacob a vu Dieu face à face, et Exode 24.9-11 « Moïse, Aaron et soixante-dix anciens d’Israël virent Dieu » et Exode 33.11 « L’Eternel parlait avec Moïse face à face comme un homme parle avec son ami », en contradiction avec Exode 33.20 « L’Eternel dit : Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre » et en contradiction avec Jean 1.18 « personne n’a jamais vu Dieu »

    Genèse 46.21 les fils de Benjamin : Béla, Béker, Aschbel, Guéra, Naaman, Ehi, Rosch, Muppim, Huppim et Ard, en tout dix personnes. En contradiction avec 1 Chroniques 7.3 Fils de benjamin « trois fils » et en contradiction avec 1 Chronique 8.1-3 où Benjamin a cinq fils.

    Genèse 46.27 le total de la famille de Jacob qui vinrent en Egypte était de soixante-dix, le même nombre en Exode 1.5, en contradiction avec Actes 7.14 où leur nombre est de soixante et quinze.

    Exode 12.37 « Les enfants d’Israël partirent...au nombre d’environ six cent mille hommes de pied sans les enfants » en contradiction avec Nombres 45-46 donnant 603550.

    Exode 15.2 « L’Eternel est un vaillant guerrier » contredit Hébreux 13.20 « Dieu de paix »

    Exode 20.3 « Tu n’auras point d’autres dieux devant ma face » contredit Hébreux 13.20 « notre Seigneur Jésus » et Romains 9.5 « le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. »

    Exode 20.5 « Car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punit l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent » et Exode 34.7 « et qui punit l’iniquité sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération ! » et Deutéronome 5.9 « je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent » en contradiction avec Ezéchiel 18.20 « l’âme qui pèche c’est celle qui mourra. Le fils ne portera pas l’iniquité de son père, et le père ne portera pas l’iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui et la méchanceté du méchant sera sur lui », et avec Jérémie 31.30 « Mais chacun mourra pour sa propre iniquité » et Deutéronome 24.16 « On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères ; on fera mourir chacun pour son péché »

    Nombres 25.9 « II y en eut vingt quatre mille qui moururent de la plaie » contredit 1Corinthiens 10.8 « vingt trois mille ».

    Nombres 31.7-17 Moïse anéantit les Madianites en contradiction avec Juges 6.5 « ils arrivaient comme une multitude de sauterelles, ils étaient innombrables »

    Deutéronome 23.20 « Tu pourras retirer un intérêt de l’étranger » en contradiction avec Exode 22:25 ; Lévitique 25.37 ; Ezéchiel 18.17 interdisant le prêt à intérêt.

    Deutéronome 3.14 « Jaïr, fils de Manassé » contredit 1Chroniques 2.22 « Segub engendra Jaïr »

    2 Samuel 24.1 David a effectué le recensement d’Israël sur ordre de Dieu, en contradiction avec 1 Chroniques 21.1 selon lequel c’est Satan, et non pas Dieu, qui incita David à dénombrer Israël.

    2 Samuel 24.9, le résultat du recensement est 500.000 en contradiction avec 1 Chroniques 21.5 où le résultat du recensement est 470.000

    2 Chroniques 11.20 « il prit Maaca, fille d’Absalom » contredit 2 Samuel 14.27 affirmant qu’Abasalom n’a qu’une seule fille nommée Tamar.

    2Chroniques 24.20 « Zacharie, fils du sacrificateur Jehojada contredit Matthieu 23.35

    « Zacharie, fils de Barachie »

    2 Samuel 10.18 « sept cents chars » en contradiction avec 1 Chroniques 19.18 « sept mille chars »

    2 Chroniques 9.25 « quatre mille crèches pour les chevaux » contredit 2 Rois 4.26 « quarante mille crèches ».

    2 Samuel 23.8 « huit cents hommes » contredit 1 Chroniques 11.11 « trois cents hommes »

    1Rois 5.16 « trois mille trois cents chefs chargés de surveiller les ouvriers » contredit 2 Chroniques 2.2 « trois mille six cents ».

    2 Chroniques 7.26 « deux mille baths » contredit 2 Chroniques 4.5 « trois mille baths ».

    Esdras 2.65 « deux cents chantres » contredit Néhémie 7.67 « deux cent quarante-cinq chantres »

    Proverbes 21.18 « le méchant sert de rançon pour le juste » contredit 1 Jean 2.2 « Jésus Christ le juste. Il est lui-même une victime propitiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier ».

    Proverbes 31.6-7 « Donnez des liqueurs fortes à celui qui périt, et du vin à celui qui a l’amertume dans l’âme ; qu’il boive et oublie sa pauvreté », en contradiction avec Lévitique 10. 9 « Tu ne boiras ni vin, ni boisson enivrante, toi et tes fils avec toi » et Ephésiens 5.18 « Ne vous enivrez pas de vin, c’est de la débauche ».

    Esaïe 7.8 « encore soixante-cinq ans, Ephraïm ne sera plus un peuple » contredit 2Rois 17.6 « et monta contre Samarie qu’il assiégea pendant trois ans » et 2Rois 18.10 « Il la prit au bout de trois ans »

    Samarie est Ephraïm selon 1Roi 12.25

    1Rois 3.17 Schalthiel est le fils de Assir contredit Matthieu 1.12 Schalthiel est le fils de Jéchonias

    La généalogie de Jésus selon Matthieu (1.1-17) est différente de sa généalogie selon Luc (3.23-3

    Dans les deux généalogies, Jésus est rattaché à Joseph, alors que celui-ci n’est pas le père de Jésus. En outre, Joseph est fils de Jacob selon Matthieu, tandis qu’il est le fils de Héli selon Luc. Matthieu cite 26 générations de Jésus jusqu’à David tandis que Luc cite quarante et une générations. Matthieu rattache Jésus à Salomon fils de David, tandis que Luc le rattache à Nathan fils de David. Les deux versions placent Jésus dans la lignée de David alors que Jésus lui-même nie son appartenance à David. (Matthieu 22.45-46 ; Marc 12.35-37 ; Luc 20.41-44)

    La naissance de Jésus : Selon Mathieu Jésus serait né du temps du roi Hérode, soit entre 37 et 4 avant l’ère chrétienne ; Pour Luc Jésus serait né après le recensement de Quirinus, soit en +6.

    L’enfance de Jésus : Selon Mathieu, Joseph après avoir fui en Egypte, retourne en Galilée, à Nazareth. Il s’agit encore d’un anachronisme puisque Nazareth est ignorée de tous les auteurs jusqu’à la fin du second siècle.

    Matthieu 17.1 « six jours après » contredit Luc 9.28 « environ huit jours après »

    Matthieu parle de deux démoniaques (Mt 8.28-34), tandis que Marc fait état d’un seul démoniaque (Marc 5.2).

    Matthieu 9.9 « Jésus vit un homme assis au lieu des péages, et qui s’appelait Matthieu » contredit Marc 2.14 « en passant, il vit Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des péages »

    Matthieu 11.14 Jésus dit au sujet de Jean Baptiste qu’il est Elie, de même que Matthieu 17. 10-13 en contradiction avec Jean 1.21-22 où Jean Baptiste lui-même dit qu’il n’est pas Elie.

    Le Coran dément la thèse selon laquelle Jean Baptiste serait Elie : « ô Zacharie, Nous t’annonçons la bonne nouvelle d’un fils. Son nom sera Yahya (Jean). Nous ne lui avons pas donné un autre nom » s19 v7

    D’après Matthieu, Jean ne mange pas et ne boit pas (Mt 11.1, mais Marc dit : Jean se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage (Marc 1.6).

    Matthieu 12.38-40, « Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas », contredit Marc 8.11-13 Jésus refusa de leur donner un miracle.

    Matthieu 15.4 « honore ton père et ta mère » contredit Luc 14.26 où il ordonne de les haïr

    Matthieu 16.18-19 Jésus fait l’éloge de Pierre et promet de lui donner « les clefs du royaume des cieux » contredit Matthieu 16.23 où Jésus dit à Pierre : « Arrière de moi, Satan ! Tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu »

    Matthieu 20.29-34 Jésus guérit deux aveugles, en contradiction avec Marc 10.53 qui dit : guérit un aveugle.

    Luc 5.1-11 le miracle de la pêche s’est produit avant la résurrection de Jésus, en contradiction avec Jean 21.1-14 selon lequel le miracle de la pêche s’est produit après la résurrection

    Jean 5.31 « Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai » contredit Jean 8.14 « quoique je rends témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai »

    Jean 14.6 « Nul ne vient au Père que par moi » contredit Actes des apôtres 10.34-35 « celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable »

    Actes des apôtres 9.7 « les hommes qui l’accompagnaient demeurèrent stupéfaits ; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne » contredit Actes des apôtres 22.9 « ceux qui étaient avec moi virent bien la lumière, mais ils n’entendaient pas la voix de celui qui parlait »


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:20, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    15 bis - Paul, son origine, sa doctrine, son altération des enseignements de Jesus

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:08

    15 bis - Paul, son origine, sa doctrine, son altération des enseignements de Jésus

    15. 8 Le Phénomène Paul de Tarse

    Dans son commentaire du verset 14 de la Surate Yacine n°36 « Quand Nous leur envoyâmes deux [envoyés] et qu’ils les traitèrent de menteurs. Nous [les] renforçâmes alors par un troisième et ils dirent : « Vraiment, nous sommes envoyés à vous », Ibn Kathir soutient, sur la foi de Ibn Juraïj qui le tient de Wahb ibn Sulaymane qui le tient de Chu’aïb al-Hibbani, que le troisième messager est Paul et le village Antioche. Il faut d’abord s’assurer de l’authenticité de cette déclaration, car le commentaire d’Ibn Kathir contient beaucoup d’emprunts aux écrits juifs (israéliyettes). Dans l’hypothèse où cette assertion serait vraie, Paul ne serait donc pas l’auteur des propos en contradiction avec la vérité prêchée par Jésus-Christ. Ce serait donc des propos mensongers attribués à Paul, car un prophète inspiré ne dit pas n’importe quoi et ne change pas la Parole de Dieu.

    Jésus a déclaré : « Jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, un seul iota ou un seul trait de lettre ne passera point de la loi, que tout ne soit accompli. Quiconque donc aura supprimé l’un de ces plus petits commandements et aura enseigné ainsi les hommes, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; et quiconque l’aura pratiqué et enseigné, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux » Matthieu 5.18,19.

    Jean écrit : « Moi, je rends témoignage à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre, que si quelqu’un ajoute à ces choses, Dieu lui ajoutera les plaies écrites dans ce livre ; et que si quelqu’un ôte quelque chose des parole du livre de cette prophétie, Dieu ôtera sa part de l’arbre de vie et de la sainte cité, qui sont écrits dans ce livre » Apocalypse 22.18,19.

    Dans les Proverbes, il est écrit : « N’ajoute pas à ses paroles, de peur qu’il ne te reprenne, et que tu ne sois trouvé menteur » Proverbes 30.6.

    Il n’est donc pas permis aux hommes, ni même aux anges, d’ajouter à la Parole de Dieu, ni d’en rien retrancher.

    Quoi qu’on en dise, examinons les propos de Paul avant de se faire une idée du personnage.

    a) Qui est Paul ?

    Ce qui est sûr, Paul n’est pas un disciple de Jésus. Il prétend avoir rencontré Jésus-Christ sur le chemin de Damas. Est-ce vraiment Jésus qu’il a rencontré ou seulement une hallucination, un diable qui s’est présenté à lui sous l’apparence de Jésus ? La question demeure posée.

    Paul se contredit alors qu’un prophète inspiré ne se contredit pas.

    Dans Actes 22. 6-11 et 26.13-16, il dit avoir vu une lumière et entendu une voix l’appeler par son nom « Saul, Saul ». Cette voix se présente à lui comme étant celle de Jésus-Christ.

    Dans 1 Corinthiens 9.1, il dit avoir vu Jésus-Christ. Mais dans Actes 9.7-8, quoique ses yeux fussent ouverts, Paul ne voyait rien.

    Dans Actes 22.6-13 Ceux qui étaient avec lui virent bien la lumière mais ils n’entendirent pas la voix de celui qui parlait.

    Alors que dans 1 Corinthiens 9.1 les hommes qui l’accompagnaient entendaient bien la voix mais ils ne voyaient personne.

    Dans Actes des apôtres 22.3 Paul est juif né à Tarse en Cilicie ;

    Et dans Actes des apôtres 23.6 il dit : je suis pharisien fils de pharisien et dans Actes des apôtres 22.25 il se dit Romain : vous est-il permis de battre de verges un citoyen romain ? Et dans la première Epître aux Corinthiens 9.19-22 il dit : « avec les juifs j’ai été comme juif afin de gagner les juifs ; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi( quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi ; avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi. J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tout, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns »

    Un jour Paul insulta par ignorance le souverain sacrificateur. En agissant de la sorte, il viola ce précepte de la Bible :

    « Tu ne parleras pas mal du chef de ton peuple » Actes 23. 5

    Paul s’en excusa après coup arguant du fait qu’il ne savait pas que ce fut le souverain sacrificateur (Actes 23.4). Le moins que l’on puisse dire est qu’une telle attitude n’est pas digne d’un apôtre ni d’un prophète inspiré.

    Paul préfigurait Machiavel dont la devise fut : la fin justifie les moyens. C’est pourquoi, il est permis de mentir selon Paul : « Et si, par mon mensonge, la vérité de Dieu éclate davantage pour sa gloire, pourquoi suis-je moi-même encore jugé comme pécheur ? Et pourquoi ne ferions-nous pas le mal afin qu’il en arrive du bien... ? » Romains 3.7-8

    Paul n’est pas à une contradiction près. Il a falsifié les enseignements de Jésus pour satisfaire les Grecs et les Romains, aboli la circoncision, rendu licite la nourriture illicite, il fut l’un des précurseurs des fausses théories de la Trinité, de la Rédemption, il sortit le message de Jésus de sa destination originelle, à savoir la Maison d’Israël pour en faire une religion universelle. Tout cela est en contradiction avec la Torah et l’Evangile et avec les enseignements de Jésus lui-même.

    b) Paul et le salut incertain

    Paul prêche un salut incertain.

    D’un côté, Paul dit : celui qui pèche n’échappe pas au jugement de Dieu, Romains 2.3. Chacun sera récompensé selon ses œuvres, Romains 2.6.

    Et de l’autre, les pécheurs obtiennent le pardon par la grâce de Jésus, Romains 3. 24-25

    Paul mélange tout. Le salut par la grâce, le salut par la foi en le sang de Jésus, le salut par les œuvres, le salut par la résurrection de Jésus, Jésus est fils de Dieu, Jésus est seigneur, Jésus est juge, Jésus est Dieu béni éternellement, au-dessus de toutes choses, Romains 9.5.

    Décidément, il y a de quoi se perdre en lisant Paul. Dans Romains 10.13, selon Paul il suffit de l’invocation du nom de Jésus pour être sauvé.

    Alors que dans Romains10.9 il dit : Si tu confesses le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Cela est en contradiction avec le salut par les œuvres mentionné dans Romains 2.13

    Paul dit 1Corinthien 3.8 Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Cela est en contradiction avec ce qu’il dit en Romains 10.13 Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.

    De la sorte, le salut est flou, parfois l’homme est sauvé par le sang de Jésus, une autre fois on lui demande de croire en Jésus pour être sauvé, une autre fois par les œuvres, une autre fois encore par la seule invocation du nom de Jésus, parfois par la grâce, parfois par la miséricorde. Si le jugement est inéluctable, à quoi bon parler du salut ?

    c) Paul et le monothéisme ambigu

    Par endroits, il parle du « Dieu unique » (1Cor 8.4) ; cependant, il affirme qu’il existe « plusieurs dieux et plusieurs seigneurs » (1Cor 8.5), « le prince de la puissance de l’air » (Ephésiens 2.2), « un dieu créateur de l’univers qui ignore depuis l’origine des siècles, le contenu du mystère du Christ » (Ephésiens 3.9), enfin « des principautés et des autorités célestes » (Ephésiens 3.10). Cela d’une part.

    D’autre part, il est difficile de distinguer Dieu et Jésus. Paul les confond allégrement. Servez le Seigneur Romains 12.11. Glorifiez le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ Romains 15.6 ; selon Paul l’adoration revient à Jésus et la glorification à son Père.

    Aux yeux de Paul, Jésus est l’image du dieu invisible ; il l’appelle Kyrios (Seigneur), mot qui dans la traduction grecque des Septante désignait Iahveh (Jéhovah) ; il déclare qu’en lui (Jésus) « réside la plénitude de la divinité » (Col. 2.9) et que c’est par lui que Dieu a fait les siècles, enfin que tous les anges doivent l’adorer.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:21, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:09

    Jésus n’a jamais dit : je suis Dieu, adorez-moi !

    Ecoute Israël, dit Jésus : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur Marc 12.29 mais Paul associe Jésus à Dieu en l’appelant tantôt Seigneur, tantôt Dieu.

    Paul dit 1Corinthien 3.23 Vous êtes à Christ et Christ est à Dieu. Cette affirmation est erronée, les gens appartiennent à Allah et non à Jésus-Christ.

    Et avant Christ à qui appartenait l’homme ? Il appartenait naturellement à Dieu, comment devient-il à Jésus aujourd’hui ?

    « Certes, nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons » s2 v156

    « Il n’appartient à aucun être humain à qui Dieu a accordé le Livre, la Sagesse et la prophétie de dire ensuite aux hommes : « Soyez mes serviteurs, et non pas ceux de Dieu » s3 v79

    Il est bien évident que Paul se trompe lourdement. S’il était apôtre ou prophète il n’aurait certainement pas dit d’aussi graves insanités.

    d) Rien n’est impur chez Paul

    Paul dit que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure Romains 14.14 ;

    Alors que les Ecritures enseignent :

    « Tu ne mangeras aucune chose abominable. » Deutéronome 14.3

    « Seulement, tu n’en mangeras pas le sang ; tu le répandras sur la terre comme de l’eau » Deutéronome 15. 23 ; 12. 16, 23

    « Il ne mangera point d’une bête morte ou déchirée, afin de ne pas se souiller par elle. Je suis l’Éternel. » Lévitique 22. 8

    « Je dis : Ah ! Seigneur Éternel, voici, mon âme n’a point été souillée ; depuis ma jeunesse jusqu’à présent, je n’ai pas mangé d’une bête morte ou déchirée, et aucune chair impure n’est entrée dans ma bouche ». Ezéchiel 4.14

    Paul dit : toutes choses sont pures Romains14.20. Ce qu’il dit est non seulement contraire aux enseignements ci-dessus de l’Ancien Testament mais également aux Actes des Apôtres 15.29 qui ordonnent de s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, ces choses sont interdites, elles ne sont pas pures comme Paul le prétend.

    e) Qui va nous juger ?

    Paul dit 1Corinthien 6.2 les saints jugeront le monde. Cela est en contradiction avec 1 Corinthiens 5.13 où il dit pour ceux du dehors Dieu les juge et en contradiction avec Hébreux 12.23 où il dit « du juge qui est le Dieu de tous » et en contradiction avec la parole de Jésus en Jean 8.16 qui déclare juger avec le Père. Et en contradiction avec Jean 5.22 qui dit : le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au fils. Or, une fois ils disent : c’est Dieu qui juge, une fois Dieu et Jésus jugent ensemble, une fois Jésus seul juge, une fois les saints jugent. Les chrétiens ne savent pas qui va les juger exactement, n’est-ce pas le comble de l’égarement ?

    f) La loi ne sert à rien selon Paul.

    Dans Galates 5.2, Paul annule la circoncision qui est un ordre de Dieu en Genèse 17.10, 12 Tout mâle sera circoncis. Genèse 17.14 un mal incirconcis sera exterminé de son peuple. Abraham circoncis 17.24. Jésus circoncis le huitième jour de sa naissance Luc 2.21

    La loi (la Torah) a vieilli selon Paul, elle devient caduque et obsolète. Ainsi, dans Galates 2.16 Ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié mais par la foi en Jésus Christ. Et en Galates 5.4 Vous êtes séparés de Christ vous tous qui cherchez la justification dans la loi. Romains 7.6 Nous avons été dégagés de la loi de sorte que nous servons dans un esprit nouveau et non selon la lettre qui a vieilli. Alors que Jésus dit Matthieu 5.17 Ne croyez pas que je suis venu pour abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir mais pour accomplir.

    Si la loi est caduque, invalide, quelle est la loi applicable en matière de successions, de mariage, de divorce, d’adultère, d’inceste, de rapports sociaux ? L’évangile ne contient aucune disposition régissant ces matières.

    g) Paul déconseille le mariage

    Paul dit, 1Corinthiens 7.32, celui qui n’est pas marié s’inquiète des choses du Seigneur, des moyens de plaire au Seigneur ; et celui qui est marié s’inquiète des choses du monde, des moyens de plaire à sa femme. Il y a là une grave erreur, c’est le contraire qui est vrai : Moïse était marié et s’est inquiété des choses du Seigneur et des moyens de plaire au Seigneur, de même Abraham, Jacob, Zacharie, le marié est plus apte à servir Allah que le célibataire, car le mariage protège contre les péchés et les turpitudes.

    Allah dit :

    « Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes ! S’ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce, car la grâce d’Allah est immense et Il est Omniscient. » s24 v32

    « Et parmi Ses signes, Il a créé de vous pour vous des épouses pour que vous vous reposiez auprès d’elles et Il a mis entre vous amour et tendresse ». s30 v21

    Le mariage est une forme d’adoration de Dieu. D’une part, il découle d’une injonction divine et, d’autre part, il est un moyen de protection, un rempart contre la dépravation sexuelle.

    Le Prophète a dit :

    « Mariez-vous, je vais surpasser en vous le nombre des autres communautés le Jour de la Résurrection »

    h) La mort et le péché originel

    Paul dit :

    « C’est pourquoi, comme par un seul homme, le péché est entré dans le monde et par le péché la mort et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes parce que tous ont péché » Romains 5.12.

    Or, quel est le péché du nouveau-né ? Est-ce que les Prophètes ont péché ? Cela est en contradiction avec les enseignements de l’Ancien Testament, notamment Ezéchiel 18.20 qui dit : « l’âme qui pèche, c’est elle qui mourra. Le fils ne portera pas l’iniquité de son père et le père ne portera pas l’iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui et la méchanceté du méchant sera sur lui. »

    Le péché originel est une injustice. Comment ose-t-on considérer comme pécheur celui qui n’a pas péché ? C’est contraire à la justice, au droit et à la logique.

    Le Péché originel est attribué à Adam, mais Paul en accuse la femme seule : « Et ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression »1Timothé 2.14-15

    Si Adam est innocent comment sa descendance a-t-elle hérité le péché ? ! ! Quel est le tort d’Adam ? D’avoir mangé le fruit interdit ? Dieu lui fit des reproches et lui pardonna et l’affaire est classée. Comment hérite-t-on d’un péché pardonné ? Puis vient le déluge qui a mis fin à tout homme et il ne restait que Noé et les innocents de son peuple, le déluge a balayé le péché originel plusieurs milliers d’années avant Jésus.

    Paul dit que le salaire du péché est la mort (Romains 6.23). Comment se fait-il alors que chacun sera jugé selon ses actes si le salaire du péché est la mort (Romains 2.6) ?

    La mort est-elle une conséquence du péché originelle ? La réponse de Paul est affirmative (Romains 5.12 ; 6.23)

    Mais selon les enseignements du Coran, la mort n’est pas due au péché originel. La mort était déjà programmée pour Adam et Eve et leur descendance. Allah dit : « Et Nous n’avons attribué l’immortalité à nul homme avant toi. » s21 v34

    Certes, la Bible cite l’arbre de la vie et de connaissance du bien et du mal dans plusieurs passages, notamment :

    Genèse 2:9 L’Éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

    Genèse 2:17 mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.

    Genèse 3:3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. La mort évoquée dans ces versets, n’est pas la mort en tant que telle, c’est la mort comme punition. C’est la mort qui intervient en cas de péché grave avant le terme fixé.

    Le Coran enseigne :

    « Puis le Diable le tenta en disant : « Ô Adam, t’indiquerai-je l’arbre de l’immortalité et un royaume impérissable ? » s20 v120

    Adam n’aurait pas cherché l’arbre de l’immortalité et la tentation de Satan n’aurait pas porté sur cet arbre si la mort n’existait pas avant le péché originel.

    La mort dont il est question dans la Bible, par exemple dans Lévitique 10.6, 9 est une mort immédiate comme punition infligée à celui ou ceux qui transgressent les commandements de Dieu, comme c’est le cas des fils d’Aaron, Nadab et Abihu :

    « Les fils d’Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun un brasier, y mirent du feu, et posèrent du parfum dessus ; ils apportèrent devant l’Eternel du feu étranger, ce qu’il ne leur avait point ordonné. Alors le feu sortit de devant l’Eternel, et les consomma : Ils moururent devant l’Eternel. » Lévitique 10.1,2

    « Vous ne découvrirez point vos têtes, et vous ne déchirerez point vos vêtements, de peur que vous ne mouriez, et que l’Eternel ne s’irrite contre toute l’assemblée. » Lévitique 10.6

    « L’Eternel parla à Aaron, et dit : Tu ne boiras ni vin, ni boisson enivrante, toi et tes fils avec toi, lorsque vous entrerez dans la tente d’assignation, de peur que vous ne mouriez. » Lévitique 10.8,9

    Paul dit que les affranchis du péché deviennent esclaves de Dieu et auront pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle (Romains 6.22). Si les hommes sont les esclaves de Dieu, ce qui est juste d’ailleurs, pourquoi lui, Paul, serait l’esclave de Jésus (Romains 1.1) ?


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:22, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:10

    i) Divergences avec Barnabé

    « Barnabé était un homme de bien, plein d’Esprit Saint et de foi » (Actes 11:24).

    C’est lui qui présentera Paul, après sa conversion, à Pierre et Jacques. Il travaillera un an avec Paul à Antioche où, dit-on, ses discours attiraient le peuple qui le considérait comme investi du Saint-Esprit. C’est à cette époque que les adeptes du Christ commencent à porter le nom de « chrétiens ». Paul et Barnabé sont alors désignés pour devenir les apôtres des Gentils, c’est-à-dire des païens.

    La dernière chose que l’on sait de la vie de Barnabé, c’est qu’après s’être séparé de Paul, il est parti en Chypre. Les textes choisis comme canoniques dans le Nouveau testament expliquent la cause de leur séparation par le fait que Barnabé « voulait emmener aussi Jean, surnommé Marc ; alors que Paul jugea plus convenable de ne pas prendre avec eux celui qui les avait quittés depuis la Pamphylie, et qui ne les avait point accompagnés dans leur oeuvre. Et Barnabé prenant Marc avec lui, s’embarqua pour l’île de Chypre ». (Actes 15:37-39). Après cette séparation on entend plus parler de Barnabé ! Juste de Paul.

    Mais d’après l’Évangile de Barnabé, la raison paraît être bien différente, il s’agit d’une divergence dans la foi entre les deux. Paul a commencé à prêcher une autre doctrine que celle que prêchait Barnabé, comme l’affirme ce dernier dans le premier chapitre de son évangile

    « C’est pourquoi beaucoup, trompés par Satan, sous couvert de pitié, prêchent une doctrine fort impie : ils appellent Jésus fils de Dieu, rejettent la circoncision, alliance de Dieu à jamais, et autorisent toute sorte d’aliments impurs. Parmi eux, Paul lui-même est dans l’erreur ».

    Aussi, peut-on lire dans le dernier chapitre : « d’autres, et parmi eux se trouve Paul, trompé lui aussi, prêchaient et prêchent encore maintenant que Jésus est le fils de Dieu. Quant à nous, nous prêchons à ceux qui craignent Dieu tout ce qu’il a écrit pour qu’ils soient sauvés au dernier jour du jugement de Dieu. Amen ! »

    j) Divergences avec Jacques

    Paul dit : « Nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi ».
    Romains 3. 28
    Jacques dit : « Vous voyez qu’un homme est justifié par les œuvres et non par la foi seulement » Epître de Jacques 2. 24

    Selon Paul, le salut de l’âme est justifié par la foi seulement.

    Tandis que Jacques affirme que la foi sans les œuvres est inutile.

    Nous sommes en présence de deux messages opposés.

    Entre le message de Jacques chef de fil du mouvement naissant des apôtres basés à Jérusalem qui ont reçu directement l’enseignement de Jésus. D’un côté.

    Et de l’autre, le message de Paul qui n’a jamais connu Jésus de son vivant mais seulement par vision, au demeurant sans preuves concrètes.

    k) Paganisation du message de Jésus

    Paul décida de rejoindre les païens, après avoir été rejeté par les circoncis qui le considèrent comme un hérétique.

    Ce sera le début de l’œuvre de paganisation du message de Jésus qui va donner lieu à l’adoption de fêtes païennes des solstices (noël, ...), à l’invention de la trinité pour s’adapter aux cultes païens greco-egyptien, culte des saints, etc.

    l) Deux mouvements opposés

    Deux mouvements contradictoires virent le jour : Paul d’un côté, Jacques de l’autre, autrement dit : les circoncis et les incirconcis. Paul abolit la loi tandis que Jacques l’applique ; Paul va enseigner aux païens dont il se réclame l’apôtre « cette croyance qui se suffit de la loi », tandis que Jacques, à l’instar de son maître, s’occupera des brebis perdues de la maison d’Israël.

    Rappelons que Jésus a dit : « N’allez pas vers les païens, et n’entrez pas dans les villes des Samaritains ; allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël » Matthieu 10.5-7

    La ville d’Antioche fut pendant plus d’un siècle le théâtre d’affrontements entre les deux sectes rivales issues des deux mouvements. La lutte se termina par un compromis autour de ce qu’on appelle les évangiles « canoniques ». « Les Evangiles sont un tri de textes, un assemblage de textes, fait dans un contexte particulier et spécialement dans le contexte d’une lutte entre communautés chrétiennes, entre Judéo-chrétiens et Pauliniens (les disciples de Paul). »

    Qui sont les ennemis de Paul

    Paul attaque avec véhémence les juifs, alors que les apôtres étaient des juifs. De quels Juifs donc est-il l’ennemi lorsqu’il écrit : « Gare à ces chiens, à ces mutilés » (Philippiens 3.2) ou encore « Les Juifs sont les ennemis de tous les hommes » (1Thessalo 2.15).

    Il n’est pas exclu que certains apôtres, ceux que Paul appelle les « faux frères » (2 Corinthiens 11.26), soient visés par ces attaques.

    Il convient de souligner que Luc est le collaborateur de Paul (2Tm 4.11 ; Phm 24). Dans les Actes des Apôtres, Luc donne une version qui semble occulter les graves querelles qui déchiraient les communautés chrétiennes à cette époque et dont les traces sont visibles dans certaines épîtres, notamment celle de Jacques (ch.4), la seconde épître de Pierre (ch.2) et les deux épîtres de Jean où il est question des faux docteurs, des faux prophètes, des Antéchrist. « Les Antéchrist sont là présents et il y en a beaucoup », écrit Jean « ils sont sortis de chez nous, mais ils n’étaient pas des nôtres » (1 Jean 2.18-19).

    « Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. » 2Pierre 2.1-2

    « Il y a, en effet, surtout parmi les circoncis, beaucoup de gens rebelles, de vains discoureurs et de séducteurs, auxquels il faut fermer la bouches. Ils bouleversent des familles entières, enseignent pour un gain honteux, ce qu’on ne doit pas enseigner [...] Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d’aucune bonne oeuvre » (Tite 1.10-16)

    « Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre évangile. Non pas qu’il y ait un autre évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! » Galates 1.6,7

    m) Qui est l’Antéchrist ?

    L’Antéchrist est celui qui s’attaque à la loi.

    L’Antéchrist, c’est Paul, l’adversaire des apôtres, qui prêche un autre évangile, celui du salut par la foi et non par la Loi. La Loi, c’est avant tout le Décalogue, les Commandements de Dieu. Jésus n’était pas venu abolir la Loi, mais l’accomplir et la parfaire (Mt 5.17). Paul, lui, prêche contre la Loi : c’est ce qui l’oppose aux Juifs.

    Ce n’est pas un hasard si Paul prit ce nom qui signifie Paulus en latin petit car il a supprimé les commandements de Dieu.

    Jésus a dit : « Quiconque donc aura supprimé l’un de ces plus petits commandements et aura enseigné ainsi les hommes, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; et quiconque l’aura pratiqué et enseigné, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux » Matthieu 5.18,19.

    De toute évidence, Paul a changé le message de Jésus. Le christianisme d’origine juive était foncièrement différent de celui qui lui a succédé dans le monde païen, c’est-à-dire dans l’empire romain parcouru par Paul et ses collaborateurs. C’est Paul qui a complètement renversé les choses, en faisant l’apologie du Christ et c’est lui ce doctrinaire qui fit même de ce Fils de Dieu au sens figuré « l’égal de Dieu », écrivant, par ailleurs, « Dieu, notre Sauveur » « Dieu béni éternellement », « car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité », semant ainsi la confusion entre Jésus et Dieu. Jésus n’avait pas cette prétention, puisqu’il disait : « Dieu le Père est plus grand que moi » et : « je fais la volonté de mon Père Céleste », « le Fils ne peut rien faire de lui-même », « Mon enseignement n’est pas de moi », etc.

    Et pour comprendre vraiment la doctrine de Paul, il faut revenir aux écrits des Ebionites qui nient la divinité de Jésus alors qu’ils sont un groupe de chrétiens juifs faisant partie des premiers disciples de Jésus et c’est tout à fait normal que l’Eglise de Paul les a fait entrer dans le groupe des sectes hérétiques.

    L’église fondée par les douze apôtres à Jérusalem disparût en l’an 69 ou 70 et elle fut remplacée par l’église des nations païennes fondée par Paul à Antioche quelques années auparavant. Cette église servira de moule aux dogmes de la déité de Jésus et de la Trinité.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:23, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    16. Le Coran corrige la Bible

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:12

    16. Le Coran corrige la Bible

    16. Le Coran corrige la Bible

    Le coran est le dernier livre descendu par Allah ; il est destiné à toute l’humanité, il contient l’authentique parole de Dieu contrairement à la Bible qui contient un mélange de parole divine et de parole humaine ; le Coran est venu corriger beaucoup de concepts introduits dans la Bible par les hommes et qui furent considérés comme parole de Dieu. Le Coran donne un avertissement à ceux qui disent : Jésus est dieu, Jésus est fils de Dieu. Le Coran est une lumière éclatante, un remède contre les maladies de l’âme, une protection contre les dangers d’ici-bas et de l’au-delà et un guide vers le salut véritable. Nous donnons ci-après quelques exemples des corrections apportées par le Coran :

    La Bible : « Car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son oeuvre et il s’est reposé. » Exode 31.17

    Le Coran : « En effet, Nous avons créé les cieux et la terre et ce qui existe entre eux en six jours, sans éprouver la moindre lassitude. » Coran s50 v38

    La Bible : « Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance » Genèse 1.26

    Le Coran : « Il n’y a rien qui Lui ressemble ; et c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant. » Coran s42 v11

    Le Coran : « Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.

    Et nul n’est égal à Lui ». Coran s112 v3,4

    La Bible : la mort est la conséquence du péché originel : « Mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras ». Genèse 2:17

    La Bible : « Comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort. » Romains 5.12

    Le Coran : La mort n’a rien à voir avec le péché originel : « Et Nous n’avons attribué l’immortalité à nul homme avant toi. » s21 v34

    La Bible : Les anges mangent : « Il leur donna un festin, et fit cuire des pains sans levain. Et ils mangèrent. ? » Genèse 19.3

    Le Coran : Les anges ne mangent pas : « Et il ne tarda pas à apporter un veau rôti. Puis lorsqu’il vit que leurs mais ne l’approchaient pas, il les trouva étranges et en eut peur. » s11 v70 ; s51 v27, 28

    La Bible : « Jusques à quand, Éternel ! m’oublieras-tu sans cesse ? » Psaumes 13.2

    Le Coran : « Mon Seigneur n’est sujet ni à l’oubli ni à l’erreur. » Coran s20 v52

    La Bible : « Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ? Réveille-toi ! ne nous repousse pas à jamais ! » Psaumes 44.23

    La Bible : « Réveille-toi, réveille-toi pour me faire justice ! Mon Dieu et mon Seigneur, défends ma cause ! » Psaumes 35.23

    Le Coran : « Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même (al-Qayyum). Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. » Coran s2 v255

    La Bible : « Jusqu’à quand, ô Éternel ?... J’ai crié, Et tu n’écoutes pas ! J’ai crié vers toi à la violence, et tu ne secours pas ! » Habakuk 1.2

    Le Coran : « Certes, mon Seigneur entend bien les prières. » Coran s14 v39

    Le Coran : « Et si tu élèves la voix, Il connaît certes les secrets, mêmes les plus cachés. » Coran s20 v7

    Le Coran : « Si mes serviteurs t’interrogent à Mon sujet, qu’ils sachent que Je suis tout près d’eux, toujours disposé à exaucer le vœux de celui qui M’invoque. Qu’ils répondent donc à Mon appel et qu’ils aient foi en Moi, afin qu’ils soient guidés vers la Voie du salut. » Coran s2 v186

    La Bible : « Éternel ! Incline ton oreille, et écoute. Éternel ! Ouvre tes yeux, et regarde » 2Roi 19.16

    Le Coran : « Allah connaît l’Inconnaissable des cieux et de la terre et Dieu est Clairvoyant sur ce que vous faites. » Coran s49 v18

    Le Coran : « C’est Lui qui détient les clés du mystère. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il sait ce que recèle le sein de la terre et le fond de la mer. Nulle feuille ne tombe sans qu’Il le sache, et il n’est point de grain dans les entrailles de la terre ni de brindille tendre ou sèche qui ne soient mentionnés dans un Livre explicite » s6 v59

    La Bible : « Tu as dédaigné l’alliance avec ton serviteur ; Tu as abattu, profané sa couronne. » Psaumes (89:40)

    Le Coran : « C’est [là] la promesse de Dieu. Dieu ne manque jamais à Sa promesse mais la plupart des gens ne savent pas. » Coran s30 v6

    La Bible : Aaron fabriqua le veau d’or : « Aaron leur dit : ôtez les anneaux d’or, qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles, et apportez-les moi. Et tous ôtèrent les anneaux d’or, qui étaient à leurs oreilles, et ils les apportèrent à Aaron. Il les reçut de leurs mains, jeta l’or dans un moule, et fit un veau en fonte. Et ils dirent : Israël ! Voici ton dieu qui t’a fait sortir d’Egypte. » Exode 32.2-4

    Le Coran innocente Aaron : « Aaron leur avait dit auparavant : « Ô mon peuple ! Ceci n’est pour vous qu’une tentation. Votre Seigneur est, en vérité, le Miséricordieux. Suivez-moi donc et obéissez à mon ordre. Ils dirent : « Nous ne cesserons pas de nous attacher à cela tant que Moïse ne sera pas revenu vers nous » Coran s20 v90, 91

    La Bible : Moïse et Aaron ont péché : « Parce que vous avez péché contre moi au milieu des enfants d’Israël, près des eaux de Meriba à Kadès, dans le désert de Tsin, et que vous ne m’avez point sanctifié au milieu des enfants d’Israël. » Deutéronome 32.51 ; Nb 20.12

    Le Coran : « Mentionne dans le Livre Moïse. C’était un véritable élu de Dieu, un messager et un prophète. Nous l’appelâmes du versant droit du Sinaï et Nous en fîmes un confident. Et par un effet de notre miséricorde, Nous lui donnâmes son frère Aaron comme prophète » Coran s19 v51-53

    Le Coran : « Ô croyants ! N’imitez pas ceux qui ont offensé Moïse ! Dieu l’a innocenté de leurs accusations, car Moïse avait une place de choix auprès de son Seigneur. » Coran s33 v69

    Le Coran : « Nous avons comblé de grâce Moïse et Aaron. Nous les avons sauvés, eux et leur peuple, d’un terrible cataclysme. Nous les avons secourus, et ils furent, eux, les vainqueurs. Nous leur avons donné le Livre parfaitement clair. Nous les avons guidés sur la voie droite.


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:25, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:13

    Paix sur Moïse et sur Aaron !

    C’est ainsi que Nous récompensons ceux qui font le bien, car ils font partie de Nos fidèles serviteurs » Coran s37 v114-122

    La Bible accuse David d’adultère : « David fit demander qui était cette femme [...] et David envoya des gens pour la chercher. Elle vint vers lui, et il coucha avec elle. » 1Samuel 11. »-4

    La Bible : « Pourquoi donc as-tu méprisé la parole de l’Eternel, en faisant ce qui est mal à ses yeux ? Tu as frappé de l’épée Urie, le héthien ; tu as pris sa femme pour en faire ta femme, et lui tu l’as tué par l’épée des fils d’Ammon. » 1 Samuel 12.9

    Le Coran innocente David : « Mentionne Notre Serviteur David, doué de force et plein de repentir...Nous avons affermi sa royauté, Nous lui avons donné la sagesse et l’art d’arbitrer les litiges...Il a près de Nous une place et un beau lieu de séjour. » Coran s38 v17-25

    La Bible accuse Salomon de polythéisme : « A l’époque de la vieillesse de Salomon, ses femmes inclinèrent son cœur vers d’autres dieux ; et son cœur ne fut point tout entier à l’Eternel, son Dieu [...] Salomon alla après Astarté, divinité des Sidoniens, et après Milcom, l’abomination des Ammonites. Et Salomon fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, et il ne suivit point pleinement l’Eternel, » 1Rois 11.4-6

    Le Coran innocente Salomon : « A David nous avons donné Salomon : Quel excellent serviteur ! Il est plein de repentir !...Oui, Salomon a près de Nous une place et un beau lieu de séjour » Coran s38 v30-40

    La Bible : « Avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec le pervers tu agis selon sa perversité. » 2Samuel 22.27

    Le Coran : « Ô les croyants ! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Allah l’ordonne, fût-ce contre vous mêmes, contre vos père et mère ou proches parents » Coran s4 v135

    Le Coran : « La bonne action et la mauvaise action ne sont pas pareilles. Rends le bien pour le mal, et tu verras ton ennemi se muer en fervent allié. » Coran s41 v34

    Le Coran : « Rends le bien pour le mal. » Coran s23 v96

    La Bible : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » Jean 3.16

    La Bible : « Je publierai le décret ; L’Éternel m’a dit : Tu es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui. » Psaumes 2.7

    Le Coran : « Dis : « Il est Allah, Unique.

    Dieu, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons.

    Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.

    Et nul n’est égal à Lui ». Coran Surat 112

    Le Coran : « Certes, ils disent dans leur mensonge :

    « Allah a engendré » ; mais ce sont certainement des menteurs ! » Coran s37.151,152

    Le Coran : « Allah ne S’est point attribué d’enfant et il n’existe point de divinité avec Lui ; sinon, chaque divinité s’en irait avec ce qu’elle a créés et certaines seraient supérieures aux autres. (Gloire et pureté) à Dieu ! Il est Supérieur à tout ce qu’ils décrivent. » Coran s23 v91

    Le Coran : « Et ils ont dit : « Le Tout Miséricordieux S’est attribué un enfant ! »

    Vous avancez certes là une chose abominable ! Peu s’en faut que les cieux ne s’entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s’écroulent, du fait qu’ils ont attribué un enfant au Tout Miséricordieux, alors qu’il ne convient nullement au Tout Miséricordieux d’avoir un enfant ! Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout Miséricordieux, [sans exceptions], en serviteurs. Il les a certes dénombrés et bien comptés. Et au Jour de la Résurrection, chacun d’eux se rendra seul auprès de Lui. » Coran 19.88-95

    La Bible : « Je ferai même trouver grâce à ce peuple aux yeux des Égyptiens, et quand vous partirez, vous ne partirez point à vide. Chaque femme demandera à sa voisine et à celle qui demeure dans sa maison des vases d’argent, des vases d’or, et des vêtements, que vous mettrez sur vos fils et vos filles. Et vous dépouillerez les Égyptiens. » Exode 3.21, 22

    « Les enfants d’Israël firent ce que Moïse avait dit, et ils demandèrent aux Égyptiens des vases d’argent, des vases d’or et des vêtements. » Exode 12.35

    Le Coran « Dis : « [Non,] Dieu ne commande point la turpitude. Direz-vous contre Dieu ce que vous ne savez pas ? » Coran s7 v28

    Le Coran : « Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. » Coran s16 v90

    Le Coran : « Dis : Mon Seigneur a interdit les turpitudes tant apparentes que cachées, de même que le péché, l’agression sans droit et d’associer à Allah ce dont Il n’a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas » Coran s7 v33

    La Bible : « Préparez le massacre des fils, A cause de l’iniquité de leurs pères ! » Esaïe 14.21

    Le Coran : « Chacun n’acquiert [le mal] qu’à son détriment : personne ne portera le fardeau (responsabilité) d’autrui. » Coran s6 v164

    Le Coran : « Et nul ne portera le fardeau de l’autre » s17 v15 ; s35 v18

    La Bible : « Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison. » Ezichiel 9.6

    Le Coran : « C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque sauve la vie d’un seul homme, c’est comme s’il avait sauvé la vie de tous les hommes. » Coran s5 v32

    La Bible : « Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui ; » Nombres 31.17 « mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme. » Nombres 31.18

    Le Coran : « Ne tuez qu’en toute justice la vie qu’Allah a déclarée sacré » Coran s6 v151 ; s17 v33

    Le Prophète (Paix et Salut sur lui) donnait ces consignes aux soldats avant qu’ils partent en guerre : « Avancez au nom de Dieu. Ne tuez ni personne âgée, ni enfant, ni femme et ne dépassez pas les limites. » (Malek in Al Muwatta’)

    La Bible : « Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi. » Romains 3.28

    Le Coran : « Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire : « Nous croyons ! » sans les éprouver ? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux ; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. » Coran s29 v2

    Le Coran : « Celui qui est croyant est-il comparable au pervers ? (Non), ils ne sont point égaux. Ceux qui croient ET accomplissent les bonnes oeuvres, auront leur résidence dans les Jardins du Refuge, en récompense de ce qu’ils oeuvraient. » Coran s32 v18

    Le Coran : « Ô vous qui croyez ! Inclinez-vous ! Prosternez-vous ! Adorez votre seigneur et faites le bien, dans l’espoir d’assurer votre salut » ! » Coran s22 v77

    La Bible : « Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. » Mathieu 5.39

    Le Coran : « La sanction d’une mauvaise action est une mauvaise action [une peine] identique. Mais quiconque pardonne et réforme, son salaire incombe à Allah. Il n’aime point les injustes ! » Coran s42 v40

    Le Coran : « Qu’ils pardonnent et absolvent. N’aimez-vous pas que Dieu vous pardonne ? et Allah est Pardonneur et Miséricordieux ! » Coran s24 v22

    La Bible : « Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements » Matthieu 27 32 ; Luc 24.21 ; 1Corinthiens 1.23 ; Hébreux 6.6

    Le Coran : « Et pour avoir dit : « Nous avons tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le messager de Dieu », alors qu’ils ne l’ont ni tué ni crucifié ; mais il leur a seulement paru ainsi. Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude ; ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué, mais Allah l’a élevé vers Lui. » Coran s4 v157, 158

    La Bible : « Ils burent du vin, et ils louèrent les dieux d’or, d’argent, d’airain, de fer, de bois et de pierre » Daniel 5.4

    La Bible : « Ne continue pas à ne boire que de l’eau ; mais fais usage d’un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions » 1 Timothée 5.23

    Jésus a changé l’eau en vin : (Jean 2.1-9 ; 4.46) ; Matthieu 26.27 ;

    « Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous » Marc 14.23

    Le Coran : « Ô vous qui croyez ! Le vin, les jeux de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires ne sont qu’une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en afin que vous réussissiez. » Coran s5 v90

    La Bible : « Tu pourras tirer un intérêt de l’étranger » deutéronome 23.20

    Le Coran : « Allah a rendu licite le commerce, et illicite l’intérêt » Coran s2 v275

    Le Coran : « Ô croyants ! Ne pratiquez pas l’usure en multipliant démesurément votre capital. Et craignez Allah afin que vous réussissiez ! » Coran s3 v130

    La Bible : « Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure. » Romains 14.14

    Le Coran : « Il vous est interdit de consommer la bête morte, le sang, la viande de porc, celle d’un animal sacrifié à d’autres divinités qu’à Dieu, la bête étranglée, assommée, morte d’une chute ou d’un coup de corne, ou celle qui a été entamée par un carnassier - à moins qu’elle n’ait été égorgée à temps- ainsi que celle qui a été immolée sur un autel païen. » Coran s5 v3

    La Bible : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit » Matthieu 28.19

    Le Coran : « Et dis : « Louange à Allah qui ne S’est jamais attribué d’enfant, qui n’a point d’associé dans le Royaume, qui n’a jamais eu besoin de protecteur contre l’offense ! Proclame donc hautement Sa grandeur ! » Coran s17 v111 ; s25 v2

    Le Coran : « Et n’invoque nulle autre divinité avec Allah. Point de divinité à part Lui. Tout doit périr, sauf Son Visage. A Lui appartient le jugement ; et vers Lui vous serez ramenés » Coran s28 v88

    Le Coran : « Vous m’invitez à nier Allah et à Lui donner des associés [...] Alors que je vous appelle au Tout Puissant, au Grand Pardonneur. Nul doute que ce à quoi vous m’appelez ne peut exaucer une invocation ni ici-bas ni dans l’au-delà. » s40 v42,43

    La Bible : « Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils » Jean 5.22

    Le Coran : « Le jugement n’appartient qu’à Allah : Il tranche en toute vérité et Il est le meilleur des juges » Coran, s6 v57

    Le Coran : « Et Il n’associe personne à Son jugement » Coran, s18 v26

    Le Coran : « C’est Allah qui juge et personne ne peut s’opposer à Son jugement, et Il est prompt à régler les comptes » Coran, s13 v40 ; s3 v55 ; s2 v113 ; s4 v141 ; s39 v3 ; s6 v62 ; s12 v40, 67 ; s28 v70, 88 ; s40 v12 ; s27 v78 ; s10 v93 ; s45 v17 ; s40 v20


    Dernière édition par Admin le Mar 2 Déc 2008 - 3:26, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 205
    Age : 38
    Localisation : Algérie
    Date d'inscription : 29/09/2008

    Conclusion

    Message par Admin le Jeu 16 Oct 2008 - 4:14

    Conclusion

    Appel aux gens du Livre

    Le Coran exhorte les Gens du Livre à appliquer la Torah et l’Evangile leur enjoignant par là même de rejoindre l’Islam.

    « Dis : Ô gens du Livre, vous ne tenez sur rien, tant que vous ne vous conformez pas à la Torah et à l’Evangile et à ce qui vous a été descendu de la part de votre seigneur. » Coran: sourate 5, verset 68

    Cet appel à l’endroit des gens du Livre les invite à appliquer la Torah et l’Evangile qui contiennent des commandements prescrivant la croyance au Prophète Mohammed et au Coran que Dieu a fait descendre sur lui.

    L’appel précise «
    ...et à ce qui vous a été descendu de la part de votre Seigneur. » Il s’agit du Coran.

    Les gens du Livre ne tiennent à rien tant qu’ils n’appliquent pas les enseignements de la Torah et de l’Evangile qui les renvoient tout droit au Coran et à Mohammed (psl).

    « Ô gens du Livre ! Qu’avez-vous à nier les versets de Dieu, alors que vous en êtes témoins ? » Coran: sourate 3, verset 70

    Dieu leur dit : Vous connaissez la vérité du Coran et du prophète Mohammed, vos Livres en témoignent, pourquoi donc nier cette vérité alors que vous en avez les preuves.

    « Ô gens du Livre ! Qu’avez-vous à mêler le faux au vrai ? Qu’avez-vous à dissimuler la vérité, alors que vous la connaissez» Coran: sourate 3, verset 71

    Pourquoi cachez-vous la vérité de l’annonce du prophète Mohammed qui figure dans vos Livres.

    «
    Ô vous qui détenez le Livre ! Croyez à ce que Nous avons fait descendre, en confirmation de ce que vous avez déjà, avant que Nous couvrions d’avilissement et d’humiliation certains visages ou que Nous les maudissions, comme Nous avons maudit les profanateurs du Sabbat. » Coran: sourate 4, verset 47

    «
    Ô gens du Livre ! Notre Messager (Mohammed) est venu mettre en évidence pour vous une grande partie des Ecritures que vous teniez cachée, tout en passant sur bien d’autres choses. Une lumière et un livre explicite vous sont certes venus d’Allah ! » Coran: s5 v15

    «
    Ô gens du Livre ! Notre Messager (Mohammed) est venu vous éclairer, après une longue période restée sans prophétie, afin que vous ne puissiez dire : « Personne n’est venu nous annoncer la bonne nouvelle ni nous avertir. » Le voici donc cet annonciateur et cet avertisseur parmi vous ! Dieu a pouvoir sur toute chose ! » coran: s5 v19

    «
    Ma miséricorde embrasse toute chose ; Je la destine à ceux qui Me craignent, qui font la zakât et qui croient en Nos signes ; à ceux qui suivent le Messager, le prophète illettré qu’ils trouvent mentionné chez eux dans la Torah et l’Evangile, et qui leur recommande le Bien et leur interdit le Mal, qui déclare licite pour eux ce qui est bon et illicite ce qui est impur, qui les soulage de leur fardeau et les délivre de leurs chaînes. Ceux qui auront cru en lui, qui l’auront secouru et soutenu, qui auront pris pour guide la lumière descendue avec lui, ceux-là réussiront vraiment. » Coran: s7 v157

    Contenu sponsorisé

    Re: Le fils de Maryam et son frère Mohammad

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 12 Déc 2018 - 1:02